•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les masques seront fortement recommandés dans les écoles de l'Î.-P.-É.

L'école Évangéline à Abram-Village, à l'Île-du-Prince-Édouard.

L'école Évangéline à Abram-Village, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada

François Pierre Dufault

Les masques non médicaux devront faire partie de la liste d'effets scolaires pour la prochaine rentrée à l'Île-du-Prince-Édouard et leur utilisation sera fortement recommandée, prévient la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Heather Morrison.

Quelque 20 000 élèves insulaires de la maternelle à la 12e année devraient reprendre le chemin de l'école à compter du 8 septembre prochain. Ils seront de retour en classe pour la première fois depuis le début de la pandémie de COVID-19, à la mi-mars.

Mercredi, les autorités scolaires et sanitaires de l'Île-du-Prince-Édouard ont dévoilé un plan de match pour une rentrée sous le signe de l'éloignement physique et des mesures de nettoyage renforcées.

Le ministre de l'Éducation et de l'Apprentissage continu, Brad Trivers, a donné un aperçu de la nouvelle réalité bien différente qui attend les élèves, les enseignants et les membres du personnel des 62 écoles anglaises et françaises de la province. Le document d'une trentaine de pages qu'il a présenté à la presse lors d'un huis clos est, selon lui, l'un des plus détaillés au pays.

Nous sommes une des premières [provinces] au pays à présenter un plan et des lignes directrices aussi détaillées. Le plan [préliminaire] que nous avons présenté [début juillet] est comparable aux plans que présentent certaines provinces en ce moment.

Brad Trivers, ministre de l'Éducation et de l'Apprentissage continu de l'Île-du-Prince-Édouard

Dans un premier temps, les autorités scolaires de l'Île-du-Prince-Édouard demandent aux parents de surveiller quotidiennement l'apparition de symptômes de la COVID-19 chez leurs enfants, et de ne pas les envoyer à l'école s'ils sont malades.

Le port du masque non médical sera fortement recommandé, mais pas obligatoire, à bord des autobus scolaires. Toutefois, la Dre Heather Morrison laisse entendre que la situation pourrait changer rapidement en cas de résurgence de la COVID-19.

C'est une recommandation qui est basée sur l'épidémiologie en ce moment dans la province. Ça peut changer. Mais [si le port du masque devient obligatoire], ce ne sera pas seulement dans les écoles et les autobus scolaires, ça va être partout.

Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l'Île-du-Prince-Édouard

Les autorités scolaires demandent aux parents qui le peuvent de conduire eux-mêmes leurs enfants à l'école afin de réduire le nombre de passagers dans les autobus scolaires. Le transport scolaire demeurera néanmoins accessible à tous les élèves qui en auront besoin, assure le ministre Brad Trivers.

À l'école, les élèves seront appelés à travailler en cohortes, c'est-à-dire par petits groupes, afin de limiter les contacts physiques. Les heures de dépôt, de ramassage, de repas et de récréation seront également décalées afin de réduire la possibilité de rassemblements trop nombreux.

La taille des cohortes sera différente d'une école à l'autre.

Dans certaines de nos écoles, nous avons seulement une vingtaine d'élèves de maternelle et de 1ère année, par exemple. Ceux-ci peuvent être regroupés dans une seule cohorte. Dans nos plus grandes écoles, une cohorte pourrait regrouper tous les élèves de 1ère année, illustre Marise Chapman, la directrice par intérim de la Commission scolaire de langue française (CSLF) de l'Île-du-Prince-Édouard.

Nous allons cibler une porte d'entrée, une salle de bain et une section du terrain de jeu pour chacune de nos cohortes. C'est un ajustement surtout pour l'apprentissage par le jeu. Nous allons toujours encourager l'apprentissage par le jeu, mais il va falloir le faire de différentes façons.

Marise Chapman, directrice par intérim de la CSLF de l'Île-du-Prince-Édouard

Un élève ou un membre du personnel éprouvant des symptômes de la COVID-19 durant les heures de classe devra immédiatement mettre un masque, prévenir la direction de son école et s'isoler en attendant de subir un test de dépistage. L'espace où se trouvait cette personne sera alors désinfecté.

Tout nouveau cas de COVID-19 lié à une école de l'Île-du-Prince-Édouard sera automatiquement traité comme une éclosion, prévient la Dre Heather Morrison.

Le port du masque sera recommandé pour les élèves de la maternelle à la 6e année, et fortement recommandé pour les élèves de la 7e à la 12 année à l'intérieur des écoles, lorsque l'éloignement physique ne sera pas possible. Dans les salles de classe, la décision de porter un masque sera laissée à la discrétion de l'enseignant.

Les membres du personnel des écoles qui travaillent avec des élèves présentant des troubles médicaux complexes devront porter un écran facial et des gants de protection.

La sensibilisation et des mesures disciplinaires progressives seront mises de l'avant pour encourager les élèves de s'habituer au port du masque, souligne Norbert Carpenter, le dirigeant par intérim de la Direction des écoles publiques de langue anglaise de l'Île-du-Prince-Édouard.

De nouvelles embauches seront nécessaires afin de respecter les nouvelles mesures sanitaires. Ainsi, la CSLF prévoit embaucher six personnes pour le nettoyage de ses six écoles. Les élèves seront aussi appelés à nettoyer leurs espaces d'apprentissage sur une base quotidienne, sous la supervision des enseignants.

De plus, le partage de livres, d'équipements sportifs et de jouets éducatifs sera réduit au minimum.

Le ministre Brad Trivers affirme que les programmes d'apprentissage seront adaptés afin de corriger les lacunes de la dernière année scolaire, écourtée en raison de la pandémie, et prévoir de possibles interruptions en cas de résurgence du coronavirus au cours de la prochaine année.

Nous avons une double mission. Nous savons que les élèves [ayants droit] n'ont pas pu recevoir une éducation en français [pendant la pandémie]. Ils ont besoin de plus d'occasions de pratiquer la langue. Nous avons quelques ressources que nous avons pu placer dans nos écoles pour créer de plus de petits groupes pour répondre à ce besoin.

Marise Chapman, directrice par intérim de la CSLF de l'Île-du-Prince-Édouard

Les cours de musique et d'éducation physique, de même que les ateliers culinaires et de métiers pourront recommencer dès le 8 septembre prochain, en suivant les directives de santé publique. Toutefois, les activités parascolaires, comme les sports scolaires, sont suspendues jusqu'à nouvel ordre.

Par ailleurs, aucun voyage scolaire à l'extérieur de l'Île-du-Prince-Édouard n'est prévu pour l'instant.

Au cours des prochaines semaines, chacune des 62 écoles anglaises et françaises de l'Île-du-Prince-Édouard devra produire un plan de fonctionnement qui devra être approuvé par les autorités de la santé et qui sera ensuite rendu public.

De son côté, l'opposition officielle à l'Assemblée législative accuse le gouvernement de déléguer une trop grande responsabilité à des travailleurs déjà surchargés. C'est absolument décevant et ça montre un manque choquant de leadership sur cette question d'une importance capitale, déplore Karla Bernard, la porte-parole du Parti vert en matière d'Éducation et d'Apprentissage continu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !