•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Québécois originaires du Liban ébranlés par l’explosion à Beyrouth

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Loana Gimaiel en entrevue à partir de son village de Métabetchouan, au Québec.

Loana Gimaiel a pu contacter des cousins éloignés qui habitent à l'extérieur de la capitale, Beyrouth.

Photo : Radio-Canada

Loana Gimaiel et son père Jean-Paul n’ont peut-être jamais mis les pieds au Liban, mais leurs racines s’y étendent quand même avec de lointains cousins qui y habitent toujours.

Établie à Métabetchouan depuis longtemps, la famille Gimaiel a repris contact avec des proches au Liban, il y a quelques années.

Les liens tissés font en sorte qu’ils ont rapidement tenté de les joindre au cours des dernières heures alors qu’une double explosion a fait plus de 100 morts, des milliers de blessés et des centaines de milliers de sans-abri.

J’ai parlé à deux personnes mardi soir. Ils ont des amis blessés ou morts, mais pas de famille. Ils décrivent ça comme étant pire que la Deuxième Guerre mondiale.

Loana Gimaiel, résidente de Métabetchouan d’origine libanaise

La famille Gimaiel habite dans le village de Bikfaya, à l’extérieur de la capitale Beyrouth.

Ça a été ressenti comme un tremblement de terre , relate tout de même Loana Gimaiel.

Son père déplore que le clou s’enfonce encore plus au Liban, qui était déjà aux prises avec une crise politique et économique.

Jean-Paul Gimaiel en entrevue par vidéo.

Jean-Paul Gimaiel est d'origine libanaise et il habite à Métabetchouan.

Photo : Radio-Canada

Il y avait des tensions comme toujours et là cette catastrophe est assez pénible et fait énormément mal à tous les Libanais du monde entier , a-t-il confié.

La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean compte environ une centaine d’habitants d’origine libanaise, dont le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, qui a témoigné à l'émission C'est jamais pareil.

Mustapha Elayoubi sous le choc

L'explosion a profondément ébranlé Mustapha Elayoubi, Libanais d'origine installé au Saguenay depuis 41 ans. Celui qui est né à Tripoli et qui a étudié à Beyrouth avant d'immigrer au Canada affirme que la capitale libanaise n'a jamais connu un tel drame, même pendant la guerre civile qui a déchiré le pays pendant 15 ans.

Mustapha Elayoubi dehors en été

Mustapha Elayoubi est originaire du Liban, mais habite au Saguenay depuis 41 ans.

Photo : Radio-Canada / Catherine Fillion

Je connais chaque ruelle dans cette région-là. J’ai habité cinq ans à Beyrouth quand j’étais à l’université libanaise. Et durant la guerre civile, quand il y a eu la division entre Beyrouth de l’est et Beyrouth de l’ouest, ça me faisait de la peine de voir la ville séparée. Il y a eu de la destruction pendant 15 ans, mais rien à comparer avec ce qui s’est passé hier à Beyrouth, a indiqué Mustapha Elayoubi.

Il évalue à autour de 5 milliards de dollars le coût de reconstruction de la zone dévastée par l'explosion et espère que les ressortissants libanais et les pays occidentaux vont porter secours à son pays d'origine, qui traversait déjà une grave crise économique.

D'après les entrevues de Jean-François Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !