•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ACF admet que Marie-France Kenny n’a « jamais accepté de diriger les élections »

Un appel d'offres a été lancé le 21 juillet dernier pour le poste.

Marie-France Kenny en entrevue à Radio-Canada.

Marie-France Kenny n'est plus candidate pour obtenir le poste.

Photo : Radio-Canada / Tyler Pidlubny

Radio-Canada

L’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) admet que Marie-France Kenny n’a jamais accepté le poste de directrice des élections en vue du scrutin prévu au mois de novembre.

La semaine dernière, la principale intéressée avait déploré qu’un communiqué de l’organisme, datant du 20 juin, ait annoncé sa nomination alors qu’elle faisait seulement partie de la liste des candidats potentiels.

Au lendemain de la parution de l’article de Radio-Canada où Marie-France Kenny mentionnait avoir immédiatement demandé à l’ACF de corriger le tir -  ce qui n’a jamais été fait -, l’Assemblée des députés communautaires (ADC) a tenu une réunion extraordinaire.

[...] Une lettre a été acheminée à madame Marie-France Kenny pour confirmer qu’elle n'avait jamais accepté de diriger ces élections bien que l’ACF croyait qu’il existait bel et bien une entente consensuelle.

Extrait du communiqué de l'ACF

Les membres de l’ADC ont convenu que présenter Marie-France Kenny comme directrice générale des élections 2020 était prématuré étant donné que les négociations entre les deux parties n’étaient pas encore finalisées, a déclaré Denis Simard, président de l’ACF, dans le communiqué envoyé mercredi matin.

L’ACF a également confirmé qu’il est clair que Marie-France Kenny ne sera pas la directrice générale des élections du 4 novembre prochain bien que l’ADC avait accepté à l’unanimité la candidature de Mme Kenny, notant que son expérience répondait à toutes les attentes pour ce travail.

L’appel d’offres pour le poste de la direction générale de l’élection de l’ACF a été lancé le 21 juillet dernier et la personne choisie sera annoncée dans un communiqué subséquent.

Fil des événements :

  • 20 juin : Par voie de communiqué, l’ACF annonce que Marie-France Kenny accepte le poste.
  • 29 juillet : En entrevue à Radio-Canada, Marie-France Kenny soutient ne jamais l’avoir accepté. Elle dit avoir demandé à l’ACF de corriger le tir, ce que l’organisme n’a pas fait.
  • 30 juillet : L’ACF tient une réunion extraordinaire pour préparer une lettre qui a, par la suite, été envoyée à Marie-France Kenny.
  • 5 août : Par voie de communiqué, l’ACF admet que Marie-France Kenny n’a jamais accepté le poste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !