•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de bulle entre Terre-Neuve et la Basse-Côte-Nord à court terme

Le traversier Qajaq et le Bella Desgagnés au port de Blanc-Sablon

Le traversier Qajaq (à gauche), qui relie Terre-Neuve à Blanc-Sablon, au Québec.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador estime qu’il est encore « trop tôt » pour envisager l’élimination des restrictions à la frontière terre-neuvienne pour les habitants de la Basse-Côte-Nord.

Ces derniers peuvent franchir la frontière du Labrador sans se mettre en quarantaine depuis la fin du mois de juin. Mais le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie, a affirmé mercredi que les mesures à la frontière entre le Québec et l'île resteront en vigueur pour le moment, et ce, malgré l'absence de cas recensés dans la Basse-Côte-Nord depuis mars dernier.

Ce n’est pas une région complètement isolée du reste du Québec, soutient le ministre Haggie, ajoutant qu'à ce point, la médecin hygiéniste en chef de la province estime que c’est un compromis raisonnable de permettre aux résidents de la Basse-Côte-Nord de franchir la frontière terrestre.

Je ne prévois pas de changement de la situation à court terme.

John Haggie, ministre de la Santé, T.-N.-L.

Le mois dernier, plusieurs dirigeants municipaux au Québec ont envoyé une lettre à la médecin hygiéniste en chef de Terre-Neuve-et-Labrador pour proposer la création d’une bulle entre Terre-Neuve et les habitants de la Basse-Côte-Nord, un vaste territoire isolé qui s’étend de Kegaska, la ville à la fin de la route 138, à Blanc-Sablon, qui se situe à la frontière labradorienne.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Frustrations à Blanc-Sablon

L’une des signataires, la mairesse de Blanc-Sablon, Wanda Beaudoin, a indiqué mercredi qu’elle attendait toujours une réponse formelle du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le ministre Haggie indique que la Santé publique examine encore la proposition.

Depuis le début de la pandémie, dans la Basse-Côte-Nord, il n'y a jamais eu de cas de COVID. Les restrictions sont très sévères.

Wanda Beaudoin, mairesse, Blanc-Sablon

Je ne comprends pas pourquoi on est fermé. Je pense qu’ils [le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador] voient [...] l'ensemble du Québec et ne regarde pas la situation avec notre région. Je pense que c'est ça qui leur fait peur, dit Mme Beaudoin.

Mais nous, on ne demande pas que ce soit ouvert pour l'ensemble du Québec. On demande que ce soit ouvert pour la Basse-Côte-Nord. [...] La bulle est ouverte avec l'Atlantique, il y a beaucoup plus de cas là-bas qu’il y a chez nous. Pour moi, il y a un non-sens.

Wanda Beaudoin, mairesse de Blanc-Sablon

Wanda Beaudoin, mairesse de Blanc-Sablon

Photo : Page Facebook de Wanda Beaudoin

Mme Beaudoin témoigne des frustrations des habitants de sa région, qui se sentent confinés cette année parce qu'ils se voient refuser l’entrée à Terre-Neuve et ne peuvent pas magasiner, aller en vacances ou obtenir des services sur l'île, alors que le gouvernement terre-neuvien élimine les restrictions concernant les voyageurs des Maritimes.

Il n’y a pas beaucoup de services essentiels à Blanc-Sablon. Il n’y a pas de service vétérinaire, pas de service d'orthodontie, il n’y a pas d’optométrie, explique-t-elle. Ça fait des années que notre population se rend là-bas [à Terre-Neuve] pour avoir des services.

[Ces services] existent en région, au Québec, mais pour s’y rendre, pour un billet d'avion à Sept-Îles, pour vous donner un exemple, pour un aller-retour c'est 1700 $ par personne. C’est beaucoup moins cher d'aller à Terre-Neuve chercher ces services-là.

Incertitude vis-à-vis des nouvelles règles à la frontière labradorienne

La mairesse ajoute que le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador peine à communiquer les règles toujours en vigueur pour les québécois qui franchissent la frontière labradorienne.

Le barrage routier érigé par Terre-Neuve-et-Labrador à la frontière entre Blanc-Sablon et L’Anse-au-Clair a été démantelé le 25 juin dernier, mais Mme Beaudoin explique que les gens ne savent pas s’ils doivent limiter leurs déplacements au sud du Labrador ou s’ils peuvent aller jusqu’à Labrador City, dans l’ouest de la province.

On trouve ça compliqué actuellement et on ne veut pas non plus donner la mauvaise information à la population de chez nous. C’est certain qu'on ne veut pas qu’il y ait des amendes et des situations difficiles pour notre population, souligne-t-elle.

Le ministre Haggie ne pouvait pas immédiatement clarifier les règles pour les habitants de la Basse-Côte-Nord qui voyagent au Labrador, mais a promis de fournir de plus amples renseignements d’ici la fin de la journée.

Aucun cas actif à Terre-Neuve-et-Labrador

M. Haggie a aussi indiqué mercredi qu’il n’y a plus de cas actif de COVID-19 à Terre-Neuve-et-Labrador.

Depuis mars dernier, 266 contaminations ont été recensées dans la province. Trois personnes sont mortes et 263 personnes ont récupéré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !