•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le meurtrier Allan Legere demandera une libération conditionnelle partielle

Deux images d'un homme barbu tenant une affiche sur laquelle on peut lire l'année 1987.

Allan Legere lors d'une première condamnation en 1987 pour avoir participé au meurtre de John Glendenning.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Allan Legere, un assassin du Nouveau-Brunswick surnommé le « Monstre de la Miramichi », tentera le mois prochain d'obtenir une libération conditionnelle partielle.

Allan Legere, un mécanicien de formation maintenant âgé de 72 ans, purge une peine de détention pour plusieurs meurtres survenus au cours des années 1980 dans la vallée de Miramichi, dans l'est du Nouveau-Brunswick.

Il devra défendre ses arguments devant des membres de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC). On ignore dans quel pénitencier le meurtrier purge ses peines d'emprisonnement.

Jake Stewart, député de Miramichi-Sud-Ouest-Baie-du-Vin, a signifié son intention de faire pression auprès du gouvernement afin que ce dernier fasse tout en son pouvoir pour empêcher Allan Legere de réaliser son souhait.

Allan Legere est une tache sur l'histoire de la Miramichi et une détraction de la contribution que cette région a apportée au Nouveau-Brunswick, au Canada et au monde. Les habitants de la Miramichi doivent savoir qu'il pourrit confortablement dans sa cellule quelque part et qu'il n'a aucune chance, quelle qu'elle soit, d'obtenir une libération conditionnelle, a déclaré Jake Stewart, aussi ministre des Affaires autochtones, dans une publication Facebook mercredi après-midi.

Jake Stewart a écorché au passage la décision du gouvernement fédéral de transférer Allan Legere dans une prison « moins sécurisée » en 2015, estimant que cette suite des événements prend une tournure inquiétante.

Si nécessaire, je demanderai personnellement à intervenir lors de l'audience de libération conditionnelle et j'assisterai à l'audience pour m'assurer que ce monstre est maintenu dans sa cage.

Jake Stewart, député de Miramichi-Sud-Ouest-Baie-du-Vin

En 1989, alors qu'il était emprisonné pour un meurtre commis trois ans plus tôt, Allan Legere est parvenu à s'échapper lors d'une visite sous escorte dans un hôpital de Moncton.

Au cours des sept mois qui ont suivi, il a commis quatre autres meurtres, des viols et des incendies criminels avant d'être finalement capturé, en novembre, et être jugé pour ces autres crimes.

Allan Legere a fait l'objet en 1989 de l'une des chasses à l'homme les plus intenses de l'histoire policière canadienne.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !