•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu de cas positifs parmi les touristes testés dans l'Est-du-Québec

Une professionnelle de la santé effectue un test de dépistage du coronavirus dans une clinique mobile du quartier Saint-Michel.

Très peu de cas de COVID-19 dans l'Est-du-Québec sont attribués à des personnes provenant de l'extérieur de la région.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L'arrivée massive de touristes dans nos régions n'a pas provoqué de flambée de cas de COVID-19 dans l'Est-du-Québec, même si plusieurs personnes l'appréhendaient.

La proportion de tests positifs effectués auprès de personnes venant de l’extérieur du Bas-Saint-Laurent ou de la Gaspésie demeure très marginale, selon des chiffres consultés par Radio-Canada.

Dans un bilan fourni par les Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, on note qu’à peine 4 % des tests effectués du 1er juin au 3 août 2020 ont été réalisés auprès de personnes de l’extérieur des deux régions.

Tous les tests de dépistage en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent sont centralisés et analysés à Rimouski au centre serveur.

Ainsi, pour 14 724 tests de dépistage analysés, seuls 567 ont été faits auprès de personnes dont l’adresse n’était ni au Bas-Saint-Laurent ni en Gaspésie.

Parmi les personnes testées originaires de l’extérieur de la région, seules deux ont reçu un diagnostic positif au Bas-Saint-Laurent.

Ces deux cas ne sont donc pas ajoutés à notre bilan régional, mais notre équipe de santé publique est responsable de l'enquête, précise dans un courriel la responsable des relations avec les médias du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet-Michaud.

Pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, moins de cinq cas se sont avérés positifs, confirme le CISSS.

Impossible d'isoler les touristes

Bon nombre de personnes s'inquiétaient de l'arrivée massive de touristes lors de la saison estivale dans l'Est-du-Québec, alors que le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie sont devenus des destinations prisées des Québécois ne pouvant pas voyager à l'international cette année.

Des brigades et des cliniques mobiles de dépistage ont d'ailleurs été envoyées dans certaines villes gaspésiennes particulièrement achalandées.

Serge Soucy porte un masque, des gants ainsi qu'une veste qui indique qu'il fait partie de l'escouade COVID-19.

Des escouades sanitaires ont été employées par le CISSS de la Gaspésie pour sensibiliser les touristes.

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Même si les vacances de la construction viennent à peine de se terminer et que la période d'incubation du virus ne permet pas encore d'observer l'impact de la visite des touristes lors des deux dernières semaines, le portrait brossé par les chiffres fournis demeure pertinent, selon la porte-parole du CISSS de la Gaspésie, Clémence Beaulieu-Gendron.

La direction régionale a déjà une bonne idée de l'impact de la venue de visiteurs puisque la saison touristique a débuté un mois plus tôt, fait-elle remarquer. Les campings et les hôtels étaient déjà pleins au mois de juin.

Nous estimons que le nombre de visiteurs sera important jusqu'en septembre, donc les équipes demeureront en vigie constante, ajoute pour sa part Ariane Doucet-Michaud. Un bilan sera certainement à refaire d'ici septembre avant de dire que la saison estivale n'a pas eu d'impact sur le nombre de cas.

De plus, les deux CISSS notent qu’il leur est impossible de confirmer si les personnes testées étaient des touristes ou simplement des gens ayant oublié d’effectuer leur changement d’adresse auprès de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ).

Les données peuvent représenter un certain portrait de la situation, mais ce n'est pas exact puisqu'il n'est pas possible d'identifier les touristes spécifiquement, précise Mme Doucet-Michaud. Par ailleurs, il est possible que certaines personnes n'aient pas réalisé leur changement d'adresse à la RAMQ. Il n'est également pas possible d'isoler un touriste du Bas-Saint-Laurent en visite en Gaspésie et vice versa.

Le centre d’analyse de Rimouski est toutefois en mesure de donner un aperçu de l’origine des personnes ayant été testées.

Par exemple, près de 200 tests ont été réalisés auprès de personnes provenant de Montréal.

Rappelons également que le dépistage demeure volontaire, les touristes n'étant pas obligés de se faire tester pour la COVID-19 lors de leur passage dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !