•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nombre plus élevé qu’estimé de Québécois auraient eu la COVID-19

Des gens en file.

File pour passer un test à la clinique de dépistage de l'Hôtel-Dieu.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Une étude publiée mercredi démontre que 2,23 % des donneurs de sang au Québec auraient été infectés par le virus de la COVID-19.

L'étude, qui porte sur un échantillon de 7691 personnes âgées de 18 à 69 ans ayant fait un don de sang entre le 25 mai et le 9 juillet, avait pour objectif d'estimer la proportion de personnes qui ont contracté le virus au Québec.

Elle a été réalisée par Héma-Québec, en collaboration avec l'Institut national de santé publique (INSPQ).

Sur la base des résultats, l'étude permet d'extrapoler qu'environ 124 880 personnes de 18 à 69 ans auraient contracté le virus depuis le début de la pandémie.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, qui a commandité la recherche, déclarait environ 37 000 cas pour la tranche d'âge de 20 à 69 ans pour la même période.

C'est dans les régions de Montréal et de Laval que les taux les plus élevés ont été observés, à 3,05 %.

L'étude montre également que la région Mauricie-Centre-du Québec, qui avait un taux de COVID-19 déclaré trois fois moins élevé qu'à Montréal ou Laval, avait néanmoins une séroprévalence quasi identique de 2,96 %.

Quant au reste du Québec, à l'exclusion de Montréal et sa région, la séroprévalence a été beaucoup moins élevée, à 1,29 %.

Les participants à l'étude ont été prélevés dans 12 des 18 régions sociosanitaires.

Pour les 6 autres régions, elles ne sont pas incluses, car il n'y a pas eu de collecte de sang durant la période de recrutement.

Les donneurs chez qui ont été détectés des anticorps seront contactés afin de documenter leurs symptômes, ainsi que la source possible de l'infection.

Un nombre équivalent de donneurs pour qui le résultat du test se sera avéré négatif, seront aussi questionnés. Cette démarche permettra d'estimer la proportion de personnes infectées qui sont demeurées asymptomatiques.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !