•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pluie abondante et forts vents : la Mauricie et le Centre-du-Québec durement touchées

Une remorqueuse transporte une voiture à l'arrière. De l'eau sort des roues, en roulant.

Certaines voitures ont eu besoin d'aide.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-Onge

Les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont été durement touchées par le passage de la tempête post-tropicale Isaias, dans la nuit de mardi à mercredi.

À elle seule, la ville de Trois-Rivières a reçu 100 millimètres de pluie en quelques heures seulement. Ces précipitations ont pour conséquence d’inonder certaines artères du réseau routier municipal. C’est le cas du boulevard des Récollets qui est submergé.

20 500 voitures y passent d'ailleurs tous les jours.

Une signalisation a été installée par les équipes municipales afin de détourner les automobilistes vers la côte Richelieu. La situation devrait se résorber au courant de la journée, explique la Ville de Trois-Rivières dans un communiqué envoyé mercredi.

Les autorités indiquent aussi qu’au courant des dernières années, la Ville a fait plusieurs interventions sur ces cours d'eau afin d'éviter que les résidences en amont de ce secteur soient inondées.

La région a été ajoutée tard mardi après-midi à la liste des secteurs concernés par un bulletin météorologique spécial sur les cyclones tropicaux d’Environnement Canada.

Une rue inondée.

Le boulevard des Récollets se retrouve complètement inondé à la suite des précipitations des dernières heures.

Photo :  Capture d’écran / Ministère des Transports du Québec

Quantités de pluie reçues par endroit :

  • Charlevoix (Massif) : 120 mm
  • Trois-Rivières : 100 mm
  • Nicolet : 86 mm
  • Shawinigan : 83 mm
  • Drummondville : 79 mm
  • L'Acadie : 66 mm
  • Deschambaults : 57 mm
  • Saint-Germain : 55 mm
  • Lemieux : 53 mm
  • Montréal (centre-ville) : 45 mm
  • La Tuque : 42 mm

Source : Environnement Canada

Pannes d’électricité

La pluie a été accompagnée de vents, parfois forts, renversant au passage quelques objets au sol, comme des barrières installées sur la rue des Forges, au centre-ville de Trois-Rivières.

Des rafales de plus de 50 km/h ont été enregistrées à l’aéroport de Trois-Rivières au cours de la nuit.

Des chaises et des barrières renversées.

Certains objets sur la rue des Forges à Trois-Rivières sont tombés sous la force des vents.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-Onge

Ces vents occasionnaient, mercredi matin, des pannes de courant un peu partout sur le territoire. Très tôt, plus de 60 000 clients d’Hydro-Québec étaient privés de courant, dont plus de 7500 en Mauricie et au Centre-du-Québec. La situation se résorbe peu à peu depuis.

Des résidents touchés

Plusieurs maisons ont été inondées en raison des fortes pluies qui ont provoqué une panne d’électricité hier soir à Trois-Rivières, dans un secteur à risque d’infiltration d’eau.

Comme tous ses voisins de la rue Lauzon, la résidence de Marc Lépine est construite sur une terre glaiseuse non perméable.

Sous sa maison se trouve un bassin de rétention des eaux muni de pompes électriques qui permettent habituellement d’empêcher l’eau de gagner son sous-sol. Or, avec la panne électrique, elles ne se sont évidemment pas activées.

Il a rapidement avisé Hydro-Québec du problème vers 23 h; une équipe est finalement passée rétablir le courant dans le secteur peu avant 11 h ce matin.

Il y avait un déluge qui s’en venait, on le savait. La météo le disait, il y avait des avertissements. Hydro-Québec n’a que six hommes sur le territoire de la Mauricie. Pour moi je ne peux pas le comprendre, explique le Trifluvien.

Inévitablement, je pense qu’Hydro doit répondre de ça. J’ai contacté mon assureur, bien entendu ça va me faire une deuxième tache à mon dossier pour une raison similaire : l’eau. Je crains que mon assureur ne veuille pas m’assurer ou du moins, ma prime va me coûter la peau des fesses durant des années, ajoute-t-il.

M. Lépine espère maintenant qu’Hydro-Québec dédommagera les résidents; selon lui, une intervention plus rapide aurait très certainement évité que 15 cm d’eau ne s’infiltre dans son sous-sol, pour la deuxième fois en huit ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !