•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ACFA lance un plan pour protéger le Campus Saint-Jean

L'affiche du Campus Saint-Jean.

En raison de difficultés financières, la disparition possible du Campus Saint-Jean évoquée dans six des neuf scénarios de restructuration de l’Université de l’Alberta continue de semer l’inquiétude.

Photo : Radio-Canada / Jessica L'heureux

Face à l'avenir incertain du Campus Saint-Jean (CSJ), l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) met de l'avant un plan pour soutenir l'établissement. Au coeur de sa proposition : un modèle fédéré qui donnerait une voix plus forte au campus francophone, d'après l'ACFA.

La présidente de l'ACFA, Sheila Risbud, explique qu'un modèle fédéré engendrait une plus grande autonomie pour le campus et réduirait les étapes pour faire avancer certains dossiers. Ça permettrait au campus d'aller chercher du financement directement de la province et du gouvernement fédéral sans avoir à passer par l'entremise de l'Université de l'Alberta.

On ne serait pas à la merci des dirigeants de l'Université.

Une citation de :Sheila Risbud, présidente, ACFA

Ce mode de fonctionnement permettrait aussi au CSJ de développer ses propres programmes générateurs de revenus, selon Sheila Risbud.

Le mémo intitulé Proposition pour un Campus Saint-Jean renouvelé dans le cadre de l'initiative de restructuration U of A for Tomorrow (Nouvelle fenêtre) a été déposé mercredi dernier aux deux comités chargés d'étudier la restructuration à l'Université de l'Alberta.

L'université vient d'en prendre connaissance. On s'attend à avoir une réaction dans les prochaines semaines , dit Mme Risbud.

Sheila Risbud en entrevue.

Sheila Risbud, présidente de l'ACFA.

Photo : Radio-Canada

À la recherche d'échos de la communauté

Le plan, publié mardi, a encore le temps de mûrir. L'ACFA demande d'ailleurs à la communauté francophone de se prononcer sur ce qu'elle propose.

C'est une suggestion pour essayer de sortir de l'impasse dans laquelle on se trouve, lance Sheila Risbud.

Elle soutient que c'est une stratégie conçue pour que le CSJ puisse poursuivre son mandat d'offrir une éducation postsecondaire de qualité en français.

Les rétroactions seront acceptées jusqu’au 31 août (Nouvelle fenêtre) sur le site Internet de l'ACFA.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !