•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur hôtelier et touristique de la région Chaleur tire la sonnette d’alarme

Un homme ouvre une chambre d'hotel

Plusieurs hôteliers de la région se sont rassemblés pour tenter de faire partie des discussions concernant les obstacles de la saison estivale 2020.

Photo : iStock

Événements Bathurst-Chaleur et ses partenaires disent éprouver un « sentiment d'abandon » de la part des différents ordres gouvernementaux quant à l'aide offerte pour faire face à la pandémie. Ils affirment que le nord de la province est délaissé dans la stratégie touristique gouvernementale.

Dans un communiqué envoyé mardi, des partenaires hôteliers signataires demandent à ce que la taxe sur l’hébergement touristique actuellement versée à la Ville de Bathurst soit plutôt remise à l’Office du tourisme Chaleur. Selon eux, ce transfert permettrait une répartition plus équitable entre toutes les municipalités de la région.

En vigueur depuis le 1er janvier 2020, cette taxe de 3,5 % sur l'hébergement touristique a été adoptée le 16 décembre 2019 par la Ville de Bathurst.

Selon les partenaires hôteliers signataires, celle-ci a été implantée sans aucune consultation préalable.

Hôtel de ville de Bathurst.

L'hôtel de ville de Bathurst.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Quand on a créé un office du tourisme, on a fait un pas en avant en essayant de travailler avec les autres municipalités. Là tout d’un coup, on ramasse des fonds et on les garde tous à Bathurst, déplore Isabelle Morrier, directrice d’Événements Bathurst-Chaleur.

Mme Morrier rappelle que la stratégie commune de l’Office du tourisme de 2016 était de promouvoir la destination Chaleur.

Les signataires se disent ainsi frustrés par le manque de collaboration et de communication de la municipalité et se demandent comment sont utilisés les fonds récoltés par cette dernière.

Plusieurs hôteliers de la région se sont rassemblés pour tenter de faire partie des discussions concernant les obstacles de la saison estivale 2020.

Étant donné que ce sont les hôtels qui ramassent les fonds, on voulait faire partie du plan stratégique et du budget pour savoir où vont les fonds.

Isabelle Morrier, directrice d’Événements Bathurst-Chaleur

Les partenaires hôteliers signataires :

  • Hôtel Atlantic Host à Bathurst
  • Auberge de la Vallée à Bathurst
  • Hôtel Danny’s Inn et centre de conférence à Beresfod
  • Hôtel Comfort Inn Bathurst
  • Hôtel Quality Inn Bathurst
  • Hôtel Best Western Bathurst
  • Gîte L'Étoile du Havre à Bathurst

Isabelle Morrier affirme aussi que la Ville de Bathurst avait promis une employée embauchée par la Ville pour collaborer avec les hôteliers en développement économique et touristique.

La personne n’a pas été embauchée, il n’y a pas de suivi qui a été fait avec nous à ce sujet-là, laisse tomber Mme Morrier. On veut une explication claire : pourquoi que Bathurst a décidé de garder des fonds pour eux?

Ce qu’il faut retenir, c’est que c’est un cri d’alarme. On ne veut pas se mettre personne à dos. Les hôteliers ont souffert beaucoup pendant la COVID.

Isabelle Morrier, directrice d’Événements Bathurst-Chaleur.

La réponse de la Ville de Bathurst

Dans une déclaration écrite envoyée à Radio-Canada mardi soir, la Ville de Bathurst dit trouver déplorable l’approche des hôteliers récalcitrants en lien avec la mise en œuvre de l’arrêté concernant la taxe sur l’hébergement touristique à Bathurst.

La démarche de mise en œuvre de l’arrêté municipal fut, à l’origine, initiée suite à la demande des hôteliers, déclare le maire de Bathurst, Paolo Fongemie.

Le maire de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, Paolo Fongemie.

Le maire de Bathurst, Paolo Fongemie.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Ce dernier précise que le seul enjeu qui existe est la situation précaire de l’industrie touristique du nord du Nouveau-Brunswick.

Nous trouvons regrettable l’approche prise par le porte-parole du groupe, qui a présenté des éléments qui ne sont pas des enjeux dans le dossier actuel.

Paolo Fongemie, Maire de Bathurst

La Ville de Bathurst soutient que sa contribution financière annuelle à Tourisme Chaleur s’élève à 34 % du budget annuel du bureau et que les contributeurs financiers comprennent les six municipalités et les 15 districts de services locaux de la région Chaleur.

La Ville de Bathurst est aussi responsable à 100 % des coûts d’opération du seul bureau d’information touristique de la région Chaleur, celui du centre-ville de Bathurst, ajoute Paolo Fongemie.

De plus, nous contribuons activement aux efforts d’attirer des événements majeurs dans notre municipalité, ceci avec un bénéfice clair aux opérateurs touristiques de la région Chaleur.

Certains événements majeurs en  2019 :

  • La 50e cérémonie d’intronisation du Temple de la renommée sportive du Nouveau-Brunswick
  • Le défilé du Changement de couleur du régiment North Shore
  • Le 75e anniversaire du jour J en mai
  • La présentation du match de Kraft Hockeyville

La Ville de Bathurst fait valoir qu'elle a absorbé 100 % des dépenses reliées à ces événements.

La coupe Stanley était de passage au village de Renous, au Nouveau-Brunswick.

La coupe Stanley était de passage au village de Renous, au Nouveau-Brunswick. Le match Hockeyville s'est déroulé au centre K. C. Irving de Bathurst, le 18 septembre.

Photo : Radio-Canada / François Leblanc

Le maire Fongemie ajoute que la Ville a travaillé en étroite collaboration avec les hôteliers dès que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a procédé à un amendement législatif à la Loi sur la gouvernance locale permettant la taxe sur l’hébergement touristique.

Depuis janvier 2020, nous avons continué nos efforts d’information avec les hôteliers afin d’assurer une consistance des informations et de collaborer avec eux pour la remise des montants perçus à la Municipalité, ces montants perçus ne leur appartenant pas.

Paolo Fongemie, maire de Bathurst

Le maire dit ne pas avoir reçu de demande de convocation des hôteliers depuis la tenue du vote et la mise en œuvre de l’arrêté municipal.

Une saison estivale difficile

Si les frustrations sont nombreuses, elles ne touchent pas seulement le volet municipal.

Les hôteliers signataires pensent aussi que les atouts de la région Chaleur n'ont pas été mis en valeur ou financés adéquatement par le gouvernement comparativement à d'autres attraits touristiques de la province.

Janine Daigle, directrice de l’Office du tourisme Chaleur mentionne pour sa part avoir eu des échos selon lesquels la bulle atlantique aurait conduit à des annulations de réservations.

Selon cette dernière, plusieurs résidents du sud de la province auraient décidé d’aller séjourner à l’Île-du-Prince Édouard ou en Nouvelle-Écosse au lieu de se rendre dans la région Chaleur.

Un sentier à flanc de montagne au bord de l'océan Atlantique.

La piste Cabot, en Nouvelle-Écosse, est une destination prisée des touristes.

Photo : Getty Images / BirdImages

D'autres régions du nord de la province ont manifesté des préoccupations similaires depuis l’ouverture de la bulle atlantique, selon la directrice de l’Office Chaleur.

Plusieurs touristes dans la région Chaleur confirment être ici en vacances, mais sont hébergés chez de la famille, donc, ils ne restent pas dans les hôtels, croit Janine Daigle.

C’est une industrie qui souffre énormément. C’est important pour notre région de garder nos hôtels dans la région.

Isabelle Morrier, directrice d’Événements Bathurst-Chaleur.

Avec les difficultés auxquelles font face les établissements du secteur hôtelier de la région Chaleur, plusieurs souhaitent que le gouvernement fasse une pause sur les paiements de la taxe d’hébergement touristique en cours et sur la taxe commerciale.

On croit beaucoup [à la taxe touristique], car on croit qu’on peut amener ce budget marketing-là à un autre niveau, estime Isabelle Morrier. Par contre, on croit que par un temps comme celui-ci, une pause serait appréciée de tout le monde.

Les signataires hôteliers demandent aussi de l’aide provinciale pour un appui équitable envers la région du nord de la province. Les atouts de la région n’ont pas été mis en valeur ou financés adéquatement par le gouvernement comparativement à d’autres attraits touristiques de la province, peut-on lire dans le communiqué des hôteliers.

Les signataires hôteliers espèrent que les différents ordres gouvernementaux répondront à l’appel.

Nous avons certainement besoin d’une stratégie de relance du tourisme dans le nord du Nouveau-Brunswick et la Ville de Bathurst sera solidaire avec ses partenaires et complice dans cette relance, dit pour sa part le maire Paolo Fongemie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !