•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle version du plan de la rentrée du gouvernement attendue avec impatience

La partie haute d'un autobus scolaire.

Un autobus scolaire (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Le Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais (SEO) et le Centre de services scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSSPO) attendent avec impatience la nouvelle version du plan de retour en classe du gouvernement du Québec qui devrait être présentée la semaine prochaine.

Une première version du plan avait d’abord été présentée en juin dernier. Le directeur national de la santé publique Horacio Arruda a affirmé lundi que la question du port du masque au secondaire sera réévaluée.

Les masques seront obligatoires de l’autre côté de la rivière des Outaouais à la rentrée pour les élèves de la 4e année à la 12e année. En Outaouais, la question se pose toujours et les réponses sont attendues avec impatience alors que le retour en classe arrive à grands pas.

Selon la présidente du SEO, Suzanne Tremblay, si la mesure est adoptée en Ontario, le Québec devrait lui aussi envisager cette option.

Si ça peut assurer la sécurité des jeunes du côté de l’Ontario, et bien probablement que du côté du Québec aussi il faut se questionner et se dire que peut-être, ça pourrait assurer la sécurité du personnel enseignant, mais aussi des jeunes, explique-t-elle.

Le gouvernement doit être cohérent, estime Mme Tremblay. Le masque est obligatoire pour les jeunes de l’âge du secondaire dans les lieux publics intérieurs du Québec depuis le 18 juillet, et le sera également dans le transport scolaire.

Suzanne Tremblay.

Suzanne Tremblay, présidente du SEO.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Si cette solution-là est bonne pour les endroits publics, il ne faut pas oublier qu’une salle de classe c’est 32 élèves dans des endroits assez restreints.

Suzanne Tremblay, présidente du SEO

Il y a plusieurs enseignants qui ont communiqué avec nous et qui souhaitent que le port du masque soit aussi à l’intérieur des murs de nos écoles, indique Mme Tremblay.

Mais les précisions que doit apporter le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge ont une date limite, puisque le retour en classe est prévu d’ici moins d’un mois.

Si on veut être prêt et tout mettre en place, il faut nécessairement que le ministre arrive dans les prochains jours avec des consignes claires, des consignes qui sont les mêmes pour tous et qui sont applicables, souligne Mme Tremblay.

La priorité demeure la santé et la sécurité des employés dans les écoles et des étudiants.

Il faut toujours garder en tête que la priorité doit être la santé et la sécurité du personnel enseignant, mais aussi des élèves, rappelle la présidente du syndicat.

Un retour en classe avec plus d’élèves qu’en mai au CSSPO

Au printemps dernier, le retour en classe après le confinement s’est bien déroulé, selon la directrice générale du CSSPO, Nadine Peterson. Il n’y avait pas tant d’élèves que ça qui était au rendez-vous. On n’a pas atteint 50 % de notre clientèle qui était de retour.

Cette fois-ci, les élèves seront plus nombreux. C’est bien attendu de recevoir des précisions pour qu’on puisse avoir un retour en classe plus facile, parce que ce ne sera pas simple de respecter les bulles, ce ne sera pas simple de respecter le groupe fermé, explique Mme Peterson.

Photo studio de la directrice générale.

La directrice générale de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais, Nadine Peterson (archives).

Photo : CSPO

Elle croit elle aussi que le port du masque en rassurerait plusieurs. J’ai l’impression que les gens vont se sentir plus en sécurité si c’est l’annonce qui est faite, lance-t-elle.

Selon elle, la population a pu s’adapter au couvre-visage obligatoire pendant l’été. Les gens ont eu une partie de l’été pour s’adapter dans les lieux publics, alors je verrais bien cette mesure imposée dans nos écoles à partir de septembre pour notre clientèle du secondaire et nos intervenants.

École secondaire Mont-Bleu : le CSSPO sur la planche de travail

Mme Peterson affirme que le CSSPO travaille à un rythme accéléré afin de prendre une décision finale quant au retour en classe des élèves de l’École secondaire Mont-Bleu, au centre Asticou.

Pour l’instant, il est prévu que les élèves de secondaire 4 et 5 effectuent un retour dans les classes de l’école à temps partiel. Une annonce qui a suscité le mécontentement de plusieurs parents.

À l’heure actuelle, il n’est toujours pas possible d’accueillir tous les élèves en même temps dans l’établissement. Mais aucune décision finale n’a été prise.

On est en train de regarder différentes options, soit des ajouts d’espace, ou bien tout simplement encore une formule qui est hybride qui permettrait d’avoir un enseignement à distance et puis un enseignement présentiel, indique Mme Peterson.

Le déménagement n’est pas une option, explique-t-elle. On a des débordements partout au niveau du primaire et du secondaire, donc nos immeubles sont tous à pleine capacité, ce qui fait que ce n’est pas un scénario qui est retenu, qui est envisageable, qui est possible.

De son côté, le SEO espère que les enseignants de l’école secondaire seront consultés. On espère du côté du personnel enseignant avoir des réponses et être consulté aussi sur les décisions qui seront prises, dit Mme Tremblay.

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !