•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les propriétaires peuvent à nouveau expulser leurs locataires

Gros plan d'une pancarte à louer pour un appartement avec une chambre collée sur une fenêtre.

L'Association des locateurs de la Saskatchewan encourage les propriétaires à négocier avec les locataires qui éprouvent des difficultés de paiement, pour qu'ils puissent continuer à rembourser leurs arriérés et garder leur logement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Bureau des locations résidentielles de la Saskatchewan accepte désormais les demandes d'expulsion soumises par les propriétaires.

Depuis la fin du mois de mars, seules les demandes urgentes qui présentaient un risque pour la sécurité des locataires ou l'intégrité des biens étaient acceptées, en raison du ralentissement économique engendré par la pandémie de COVID-19.

Le bureau dit avoir reçu 72 dossiers depuis que les expulsions sont à nouveau autorisées, c'est-à-dire mardi. Cependant, il encourage les propriétaires et les locataires à trouver un terrain d’entente avant d'engager de telles procédures.

Selon Cameron Choquette, le directeur général de l'Association des locateurs de la Saskatchewan, la situation redevient normale. Tout désaccord peut être soumis au Bureau des locations résidentielles : Ce que ça veut dire, c'est que les locateurs peuvent désormais expulser des locataires qui ont profité de la pandémie pour ne pas payer leur loyer ces cinq derniers mois.

Il fait remarquer que le Bureau des locations résidentielles agit comme un tribunal. Les propriétaires et les locataires peuvent présenter des preuves, plaider leur cause et expliquer leur situation. Le bureau tranchera par la suite.

Maintenant que l'interdiction est levée, nous pouvons expulser les locataires qui ont choisi de ne pas payer leur loyer ces cinq derniers mois , affirme Cameron Choquette. Il estime qu'un tel comportement de la part des locataires compromet la stabilité financière des propriétaires de logements et d'immeubles de la province.

Selon les données recueillies par son association, il apparaît qu'au cours des cinq derniers mois, 5 % des locataires n’ont pas payé leur loyer. Cameron Choquette dit que, en temps normal, moins de 1 % des locataires se retrouvent dans cette situation.

Toutefois, lui aussi préconise les accords à l'amiable plutôt que les séparations avec perte et fracas.

Nous recommandons aux locateurs de communiquer avec leurs locataires, afin de connaître leur situation financière et de mettre en place un plan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !