•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections et reconfinement : quel scénario envisagé?

Trois élections partielles doivent être tenues alors que siège un gouvernement minoritaire.

Kimberly Poffenroth assise à un bureau devant une affiche d'Élections NB.

La directrice générale des élections au Nouveau-Brunswick, Kimberly Poffenroth, en 2018

Photo : La Presse canadienne / Kevin Bissett

Radio-Canada

Élections Nouveau-Brunswick n'a prévu aucune solution de rechange si des élections générales devaient être déclenchées durant une éclosion majeure de COVID-19.

C’est du moins ce qu’a laissé entendre la directrice des élections, Kim Poffenroth, devant un comité parlementaire mardi après-midi.

Par ailleurs, si des élections générales sont déclenchées et qu’une éclosion de coronavirus forçait le reconfinement de la province, il sera impossible de revenir arrière, puisque c’est l’Assemblée législative seule qui a le pouvoir d’annuler les élections, a expliqué Mme Poffenroth. Or, si des élections sont déclenchées, cela signifie que l’Assemblée sera dissoute.

Si des élections devaient avoir lieu bon gré mal gré, plusieurs électeurs pourraient avoir du mal à se rendre au bureau de vote. Le député de Kent-Nord, Kevin Arseneau, plaide pour l’élaboration d’un plan qui tient compte de la possibilité d'un reconfinement partiel, voire complet.

Je pense que ce serait extrêmement responsable d’avoir des scénarios prédéfinis : qu’est-ce qui arrive si on tombe en phase orange, qu’est-ce qui arrive si on tombe en phase rouge lors d’une élection? Définitivement, il faut avoir un plan, a affirmé le député vert.

Les partielles avant les générales

Plusieurs éléments de sécurité doivent être pris en compte pour la tenue des élections partielles dans les circonscriptions de Baie-de-Shediac-Dieppe, de Sainte-Croix et de Sussex-Fundy-St. Martins.

Kim Poffenroth a indiqué mardi qu’elle voyait ces trois élections partielles comme une occasion d’apprentissage en vue de possibles futures élections générales.

Le député libéral Rob McKee abonde dans son sens. Nous pensons qu’on devrait avoir des élections partielles qui donnent le pouvoir à Élections Nouveau-Brunswick de tester différentes méthodes et d’apporter des modifications par la suite, a-t-il déclaré.

Comme le gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs est minoritaire, les spéculations d’élections générales se sont intensifiées au cours des dernières semaines. Le premier ministre lui-même, bien qu’évasif sur la question, n’a pas fermé la porte à cette possibilité.

Mais l’opposition a rapidement fait connaître son inquiétude. Selon les libéraux, le moment est mal choisi, d’abord parce que les mesures de sécurité qui devront être mises en place engendreront des coûts supplémentaires, mais aussi parce que le premier ministre bénéficie d’une position avantageuse : il pourra continuer de donner des conférence de presse en compagnie de la médecin hygiéniste en chef et pourra dicter les règles sanitaires à suivre.

Avec les informations de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !