•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un été différent pour les refuges pour animaux de l'Abitibi-Témiscamingue

Une femme caresse un chat.

Cet été, moins d'animaux se sont retrouvés au refuge de Val-d'Or.

Photo : iStock

Janis Rivard

Le confinement semble avoir eu un impact positif sur les adoptions d’animaux dans la région.

À la SPCA de Val-d’Or, le nombre d’abandons n’a pas changé, mais il y a eu plus d’adoptions, de sorte qu'il y amoins d’animaux au refuge que les années précédentes.

Liliane Quesnel, directrice de la SPCA de Val-d’Or, affirme que la situation de cet été est unique. C’est sûr que les abandons, ça se maintient, on n’a pas plus d’abandons. Ça se maintient depuis une couple d’années parce que, comme je dis toujours, on n’a pas de logements disponibles. Donc, les gens gardent plus leurs animaux, explique-t-elle.

Toutefois, depuis mars, le nombre d’animaux au refuge est inférieur à la moyenne des années précédentes. Habitués à en avoir autour de 40 pour cette période, ils sont à moins de la moitié de leur capacité. Ça fait des années qu’on n’a pas vu, en plein mois d’été, le fait d’avoir seulement une quinzaine de chats dans le refuge, raconte Liliane Quesnel.

Elle explique également qu’ils ont beaucoup moins d’employés depuis la pandémie. Le faible nombre d’animaux dans le refuge la réjouit donc. Puisque les risques de contamination en cas d’infection au coronavirus sont moindres. Toutefois, si le nombre d’animaux augmente, ils pourront réengager les employés qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie.

Liliane Quesnel a également observé que les gens achètent beaucoup plus leur licence d’enregistrement en ligne au lieu de venir sur place. Il y en avait peut-être 60 à 70 les années précédentes qui le faisaient par Paypal, mais, cette année, près de 400 personnes les ont achetées sur le site Internet, dit-elle.

Du côté du Refuge la Bonne Étoile, à Rouyn-Noranda, la directrice générale par intérim, Valérie Delisle, affirme qu’il y a eu 37 adoptions au cours du mois de juillet. Il y a également eu 9 abandons et la récupération de 33 chats errants.

Elle affirme toutefois que ces chiffres sont assez normaux au refuge. Ici, ce n’est pas parce qu’on est en juillet qu’on a une augmentation due aux déménagements, contrairement aux grands centres. Donc ça se maintient quand même, explique Valérie Delisle. Le bilan de cet été n’est donc pas différent des précédents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !