•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il fête sa sortie de prison... et y retourne

Le panneau extérieur du palais de justice de Québec, l'été.

Le palais de justice de Québec

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

Un jeune homme qui s'était réuni avec des amis pour célébrer sa sortie de prison a profité de cette soirée pour aller agresser un individu, provoquant ainsi son retour derrière les barreaux.

Gabriel Royer-Tremblay vient d'être condamné à 33 mois de détention après avoir plaidé coupable au palais de justice de Québec à des accusations d'introduction par effraction, voies de fait causant des lésions, extorsion et menaces.

Le délinquant de 25 ans s'était fait connaître en 2016, après avoir agressé sauvagement un touriste de confession sikhe près de la Grande Allée.

Royer-Tremblay avait à l'époque expliqué l'événement par une erreur de parcours, assurant qu'il n'était pas violent.

La capture d'écran d'une vidéo amateure montre des individus s'en prendre à un homme étendu sur un trottoir enneigé.

En 2016, Gabriel Royer-Tremblay avait attaqué un touriste de confession sikhe près de la Grande Allée

Photo : CTV

Depuis, il cumule les accusations. Lors de sa dernière frasque le 18 mai, il était en liberté depuis à peine 13 jours, après avoir purgé 15 mois de détention.

Il fêtait sa liberté

Royer-Tremblay se trouvait avec des amis pour célébrer sa toute nouvelle liberté lorsqu'une personne dans le groupe a indiqué avoir un différend avec un habitant de Saint-Alban, dans Portneuf.

Quelques amis, dont Royer-Tremblay, se sont alors rendus chez cette personne pour régler le litige, une histoire de vitre cassée, selon ce qui a été brièvement rapporté à la cour.

Sur place, Royer-Tremblay et un complice ont agressé la victime, qui a eu le nez et l'orbite d'un œil fracturés.

La victime, qui ne connaissait pas Royer-Tremblay, vit depuis ce temps dans la crainte. L'homme n'a pas été en mesure de reprendre son travail depuis l'agression.

Carrière dans le crime

Malgré son jeune âge, Gabriel Royer-Tremblay cumule plusieurs infractions de nature violente.

Un bilan qui donne l'impression que vous souhaitez faire une carrière dans le crime lui a d'ailleurs signalé la juge Marie-Claude Gilbert.

Le jeune homme a alors exprimé des remords, disant vouloir bénéficier de sa détention pour participer à des programmes pour traiter ses problèmes d'alcool et d'impulsivité.

Loin de se montrer convaincue, la juge Gilbert a souhaité à Gabriel Royer-Tremblay de bien profiter de son temps au pénitencier.

J'espère que vous allez y travailler sur vous-même, et non pas vous endurcir comme criminel.

Marie-Claude Gilbert, juge à la Cour du Québec

La peine de 33 mois de prison imposée est le fruit d'une proposition commune des avocats de la défense et de la poursuite.

Comme Royer-Tremblay est incarcéré depuis son arrestation, il lui reste un peu plus de 29 mois à purger.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.