•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves créent une campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun

En 2019, 212 cas de délits sexuels survenus dans les autobus ou le SkyTrain ont été signalés dans le Grand Vancouver.

Des élèves de l'école secondaire Sir Winston Churchill présentent les affiches de la nouvelle campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun.

Une nouvelle campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun a été créée en collaboration avec des élèves de l'École Sir Winston Churchill.

Photo : Service de police des transports du Grand Vancouver

Radio-Canada

Le service de police des transports en commun du Grand Vancouver a fait appel à des élèves du secondaire pour créer le nouveau volet de sa campagne contre le harcèlement sexuel.

En invitant les classes de 12e année de l’École Sir Winston Churchill à concevoir des affiches déployées dans les autobus et le SkyTrain de la région métropolitaine, les policiers ont voulu encourager les plus jeunes à signaler des incidents liés au harcèlement sexuel.

L'an dernier, 212 plaintes contre des délits sexuels survenus dans transports en commun ont été signalées dans le Grand Vancouver, selon Mike Yake, le porte-parole du service de police des transports en commun.

Il souligne que seulement 5 % à 10 % des cas sont signalés.

Les témoins appelés à dénoncer

Chaque affiche imaginée par les élèves décrit une situation dans laquelle se produit un attouchement non sollicité, explique M. Yake. Cela peut être, par exemple, une main sur une cuisse ou des bras s'enroulant autour d'un passager sans son consentement, note-t-il.

L’une de ces participantes, Erika Hunter, affirme qu’elle n’était pas au courant de l’existence de ce problème avant que ses amies et elle-même n'en soient victimes : Le fait d'entendre que beaucoup de mes amies ont vécu des choses semblables m'a vraiment fait un choc.

Les passagers qui sont témoins d’actes répréhensibles ne devraient pas garder le silence, dit Erika Hunter. L’une des illustrations invite justement les usagers des transports en commun à demeurer vigilants.

Afin d'atteindre le plus de gens possible, les affiches seront également publiées sur les réseaux sociaux, indique le service de police des transports en commun.

Avec les informations de Marc-Antoine Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !