•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée des classes : le masque obligatoire pour la plupart des élèves et le personnel

Des élèves à la rentrée scolaire.

Dès septembre, les élèves de la 4e à la 12e année, ainsi que les membres du personnel, devront obligatoirement porter un masque dans les aires communes.

Photo : AP / Bernd W'stneck

À la rentrée en Alberta, les élèves de la 4 e à la 12 e année ainsi que les enseignants et les membres du personnel devront obligatoirement porter un masque dans les aires communes de l’école comme les corridors et les autobus, ainsi que lorsqu’une distance de 2 mètres ne pourra être respectée.

La province explique qu’elle base cette décision sur les récentes études et preuves qui démontrent que le port du masque peut aider à prévenir la propagation de la COVID-19.

Les preuves montrent que le port du masque peut aider à limiter la propagation du virus dans les lieux publics intérieurs comme les écoles, a affirmé la médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, Deena Hinshaw, en conférence de presse mardi.

Le port du masque ne sera cependant pas obligatoire pour les élèves de la maternelle à la 3 e année. Ces derniers pourront en porter un s’ils le souhaitent.

L'utilisation d'un masque chez les jeunes enfants est un défi en raison des difficultés d'ajustement et de conformité. Par ailleurs, les preuves montrent que les enfants de moins de 10 ans sont moins susceptibles que les enfants plus âgés ou les adultes de transmettre le COVID-19, explique le gouvernement albertain dans un communiqué.

La province annonce également qu’elle fournira deux masques réutilisables par élève et membre du personnel. En tout, 1,6 million de masques réutilisables seront distribués à travers les établissements scolaires de l’Alberta. Les enseignants recevront également une visière en plastique qu’ils pourront utiliser s’ils le veulent.

Le gouvernement fournira aussi du désinfectant pour les mains aux écoles ainsi que des thermomètres.

L’utilisation des thermomètres sera à la discrétion des écoles, explique la ministre albertaine de l’Éducation, Adriana Lagrange.

La province prévoit que ces nouvelles dépenses lui coûteront 10 millions de dollars.

Nous ne nous attendons pas à ce que les conseils scolaires, les élèves, les enseignants, le personnel et les parents assument les coûts liés à ces règlements.

Nouvelle réalité dans les salles de classe

Selon la médecin hygiéniste en chef, les élèves n’auront pas à porter leur masque lorsqu’ils seront assis à leur bureau et que leur enseignant sera à distance. Elle recommande cependant que les écoles organisent leurs classes afin que les enfants ne soient pas assis face à face.

Le port du masque sera obligatoire à l’extérieur des salles de classe et à l’intérieur des classes lorsque les activités ne permettent pas de maintenir une distance physique, explique-t-elle.

Aucune approche ne peut éliminer les risques de contamination. Nous sommes obligés d’apprendre à vivre avec le virus, affirme cependant Deena Hinshaw, qui insiste sur le fait que le port du masque doit être combiné à d’autres mesures telles que le lavage des mains et la distanciation physique.

Les conseils scolaires devront s’adapter

Selon Trisha Estabrooks, présidente du conseil des écoles publiques d’Edmonton, le maintien de la distance physique est cependant impossible dans la majorité des salles de classes des écoles du Conseil scolaire public d'Edmonton.

Rendre le port du masque obligatoire pour les élèves de la 4 e à la 12 e année est la bonne décision, affirme-t-elle.

Elle ajoute que les élèves plus jeunes, mais jugés capables d’utiliser le masque correctement, devront eux aussi le porter.

Selon elle, l’investissement de 10 millions de dollars du gouvernement albertain n’est cependant pas suffisant. Elle estime que l’implémentation adéquate du scénario 1 de retour en classe de la province requiert plutôt des centaines de millions de dollars.

Si la province décide de ne pas investir cette somme, nous avons quand même besoin de 30 millions de dollars pour nous aider à implémenter notre plan de retour en classe. Cet argent serait entre autres utilisé pour embaucher du personnel afin de soutenir les élèves, explique-t-elle.

L’organisme Support Our Students Alberta croit lui aussi que les mesures du gouvernement ne sont pas suffisantes.

Le gouvernement fait le minimum pour assurer la sécurité du personnel et des élèves, affirme quant à elle la directrice des communications de Support Our Students Alberta.

Le port du masque doit se faire en combinaison avec une réduction du nombre d’élèves par classe, avec la présence d’une infirmière dans les écoles. [...] Pourquoi le scénario 1 est appliqué de la maternelle à la 12 e année? Pourquoi n'utiliserait-on pas le scénario 2 pour les élèves du secondaire?, s’interroge-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !