•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan présente son plan de retour en classe pour le 1er septembre

Une femme portant un masque bleu sur le visage mesure avec un ruban à mesurer la distance entre deux pupitres dans une salle de classe.

Les masques ne seront, pour le moment, pas rendus obligatoires dans les écoles en Saskatchewan (archives).

Photo : Getty Images / izusek

Radio-Canada

Le gouvernement de la Saskatchewan a dévoilé mardi après-midi son plan pour la rentrée scolaire 2020-2021 des élèves de la maternelle à la 12e année, en vue de la reprise des classes prévue le 1er septembre prochain.

Le plan est destiné aux 27 divisions scolaires de la province et se décompose en huit catégories distinctes, qui permettront aux communautés scolaires de disposer des orientations et du temps nécessaire pour mettre en œuvre les mesures de sécurité requises, dit le ministre de l’Éducation, Gordon Wyant.

Au contraire de l’Alberta, la Saskatchewan ne compte pas rendre le masque obligatoire dans ses salles de classe à l’heure actuelle. Toutefois, lors de la présentation du plan, le ministre de l’Éducation a rappelé que la situation pourrait changer en fonction des discussions avec les professionnels de la santé publique et de l'évolution de la pandémie.

Le ministre a d’ailleurs précisé que 6 millions de masques avaient été commandés à cette fin, afin qu'ils soient disponibles pour le 1er septembre en cas de besoin.

Le plan se concentre tout d’abord sur une présence sécuritaire au sein des établissements. Dans chaque école, il y aura notamment une zone de quarantaine où les enfants présentant des symptômes seront correctement isolés du reste de l'école jusqu'à ce qu'un parent ou un soignant puisse venir les chercher en toute sécurité.

Pour le transport en commun, la province demande à tous les parents, dans la mesure du possible, de conduire leur enfant à l’école. Pour ceux qui prendront l’autobus, les élèves seront assignés à une place bien définie dans chaque véhicule. Les élèves issus d’un même foyer pourront s’asseoir ensemble, tandis que les autobus seront nettoyés et désinfectés à chaque transport d’élèves.

La question du flux de passage des élèves dans l’école est aussi abordée. La province entend faire respecter le chevauchement des récréations, des dîners et des autres périodes de transition entre les cours afin de disposer d'un espace suffisant pour faire respecter la distanciation physique. Des marquages au sol seront ainsi mis en place pour aider en ce sens.

Le gouvernement demande aussi que les écoles augmentent leur mise en place de stations de gel désinfectant dans leurs locaux. Le personnel des écoles devra assurer un nettoyage constant des infrastructures et des objets fréquemment touchés par les enfants tels que les jouets et les fournitures scolaires.

Pour réduire le risque de transmissions au sein d’une même salle de classe, le ministère de l’Éducation demande d’éviter au maximum tout contact physique entre les élèves. Si possible, des classes pourront être données à l'extérieur plutôt que dans une salle fermée. Toutefois, la province ne donne pas de chiffres précis sur le nombre d’élèves maximum pouvant être présent dans chaque salle.

Les activités de groupe seront elles aussi adaptées. Des protocoles seront mis en place pour limiter le partage d'équipements (pour le sport, par exemple). Les activités extrascolaires, à l’image du sport en intérieur, sont toutefois autorisées.

Des mesures pour les élèves vulnérables

Le ministère de l’Éducation a aussi dévoilé des mesures spéciales pour les personnes à la santé vulnérable.

Par exemple, pour les élèves immunodéprimés, des discussions au cas par cas auront lieu afin de déterminer un environnement d’apprentissage sécuritaire pour l’élève concerné. Cela pourrait donc se traduire par un endroit d’apprentissage réservé à l’élève au sein de l’établissement ou dans d’autres espaces appropriés, selon la province.

Une enseignante du Québec parle à sa classe dans une école primaire.

Une classe remplie de jeunes élèves.

Photo : Radio-Canada / Akli Aït Abdallah

Dans son communiqué, le gouvernement précise que chaque division scolaire aura la tâche de travailler de concert avec son médecin hygiéniste local pour répondre aux besoins uniques des élèves immunodéprimés. Des réunions d'information hebdomadaires auront lieu entre le secteur de l'éducation et ces responsables de la santé afin de renforcer le suivi et l'accès aux besoins spécifiques de chaque localité.

Quatre scénarios en fonction de l’évolution de la pandémie

Enfin, le Ministère décrit quatre scénarios différents pour la rentrée des classes. Le premier est celui dans lequel se trouve la province actuellement, avec un retour prévu pour le 1er septembre.

Le deuxième scénario prévoit l’utilisation de masques de protection, dans les cas où la distanciation physique n’est pas réalisable. Le ministère de l’Éducation explique qu’il procède actuellement à l’achat et à la distribution de ces masques.

Le troisième scénario prévoit de son côté un achalandage restreint des établissements scolaires si la situation sanitaire venait à empirer. Le quatrième et dernier scénario, quant à lui, prévoit un apprentissage obligatoire à distance et, donc, une fermeture des écoles.

Le CEF au contact des parents

Le Conseil des écoles fransaskoises a transmis de son côté une version renouvelée de sa planification de reprise des activités scolaires aux parents d’élèves. Dans une lettre accompagnant le document, Ronald Ajavon, le directeur général du CEF, explique que les besoins de chaque élève, chaque famille, sont pris en considération dans ce plan.

M. Ajavon affirme qu'il est d’importance capitale que les directives prévues dans ce plan soient suivies à la lettre, dans le but d’assurer la sécurité de tous.

Le document d’une quinzaine de pages résume, entre autres, les mesures de sécurité mises en place dans les écoles du CEF. Plusieurs pages sont aussi consacrées à des recommandations sur le lavage des mains, la protection de son entourage lorsque l’on éternue ou que l’on tousse, mais aussi sur le port du masque et son entretien.

Dans ce plan, le CEF précise aussi les dates de réouverture de ses établissements. Les écoles pourront donc ouvrir de nouveau leurs portes à compter du lundi 24 août, tandis que le siège social rouvrira, de son côté, le 17 août prochain.

En juin dernier, la province avait dévoilé une première série de directives. Celles-ci mentionnaient que le port du masque allait être facultatif, sauf lorsque des personnes étaient en contact étroit avec un élève malade.

Notre dossier COVID-19 : les services ouverts ou fermés dans votre région

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !