•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Windsor-Essex toujours bloquée à l’étape 2 du déconfinement

Enseigne sur la façade d'un bâtiment.

Le Bureau de santé publique de Windsor-Essex

Photo : CBC/Sanjay Maru

Radio-Canada

La province a annoncé mardi matin que Windsor-Essex demeure à l’étape 2 du déconfinement.

La région est la dernière de la province encore à cette étape en raison du nombre toujours élevé de cas dans ses exploitations agricoles.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé indique que la décision a été prise en consultation avec le médecin hygiéniste en chef, le médecin hygiéniste local, d'autres spécialistes de la santé et les autorités locales.

Le ministère précise que les éclosions, en particulier dans les secteurs de l'agriculture et de l'agroalimentaire, posent des défis uniques qui requièrent une intervention ciblée et concertée.

La province signale également qu’elle met en œuvre un plan en trois volets afin d'aider la région à réduire le risque de transmission dans les exploitations agricoles et la collectivité. Ce plan comprend notamment un dépistage continu et accru sur place.

Coup dur pour les commerçants

Ali Zahoui est le propriétaire d'un restaurant familial qu'il a ouvert en juin à Windsor. C'est un peu difficile ici (...), pas juste pour moi, mais pour tous les restaurants et les petits commerces, explique-t-il.

Il est surpris d'apprendre que la région reste à l'étape 2 du déconfinement, mais il préfère attendre que les conditions sanitaires soient plus favorables avant de pouvoir recevoir des clients dans son restaurant.

Pourtant, il ne perçoit aucune aide gouvernementale parce qu'il a ouvert son établissement durant la crise de la COVID-19.

On était pas éligible pour d'aide de la province ou du gouvernement. On fait tout ici tout seuls. On prend pas d'aide de personne, on prend pas d'aide de la banque.

Le secteur agricole toujours touché

Les commerçants de la ville font les frais des éclosions de coronavirus qui persistent dans le secteur agricole.

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politique agroalimentaire à l'Université de Dalhousie, explique cette situation par le fait que l'industrie a tardé à s'adapter aux restrictions sanitaires imposées.

C'est une question de culture organisationnelle, avance-t-il. En campagne, la rigueur perd son sens un peu. La rigueur au niveau des suivis de protocoles et de règlements.

Lors de son point de presse quotidien, le premier ministre Doug Ford a réitéré l'importance du dépistage pour freiner la propagation du virus. Il demande aux propriétaires d'exploitation agricoles d'encourager leurs employés à aller se faire tester.

Doug Ford a aussi indiqué que plus de 160 entreprises agricoles ont reçu la visite d'inspecteurs provinciaux depuis le début de la pandémie.

Il a aussi expliqué que les centres de dépistage mobile continuent de se déplacer dans la région pour offrir les tests directement sur les lieux de travail.

La Dre Barbara Yaffe en conférence de presse.

La Dre Barbara Yaffe pense qu'il y a des signes encourageants dans Windsor-Essex, mais qu'il faut faire preuve de patience avant de passer à la prochaine étape du déconfinement.

Photo : Radio-Canada

Les chiffres vont lentement dans la bonne direction, indique Santé Ontario, à propos de la tendance à la baisse des nouveaux cas de contaminations.

Mais nous ne sommes pas encore au niveau que l'on aimerait voir pour passer à l'étape 3. Il faut être extrêmement prudent pour ne pas avoir à rétro-pédaler.

Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjointe de Santé Ontario

L'agence de santé publique de la province cherche notamment à constater une réduction des nouvelles contaminations pendant deux à quatre semaines et la capacité de l'unité de santé locale de retracer les contacts.

Santé Ontario indique avoir procédé à des dépistages dans 47 exploitations agricoles sur les 175 que compte Windsor-Essex.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !