•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour à l’école en toute sécurité, « une priorité absolue », dit l’ONU

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres

Photo : Reuters / Juan Carlos Ulate

Radio-Canada

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a fait part mardi de son inquiétude face à la fermeture des écoles dans le monde en raison du coronavirus, « une catastrophe qui touche toute une génération », et a estimé que le retour en classe des élèves en toute sécurité constituait une « priorité absolue ».

À la mi-juillet, les écoles étaient fermées dans quelque 160 pays, affectant plus d'un milliard d'élèves, tandis qu'au moins 40 millions d'enfants ont manqué l'école maternelle, déclare Antonio Guterres dans sa note de synthèse sur l'éducation à l'époque du COVID-19 et au-delà.

Avant même la pandémie, plus de 250 millions d'enfants n'étaient pas scolarisés dans le monde, et seulement un quart des élèves du secondaire dans les pays en développement quittaient l'école avec des compétences de base, a-t-il rappelé dans un message vidéo diffusé à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, célébrée le 12 août.

Nous sommes désormais face à une catastrophe qui touche toute une génération et qui risque d’empêcher l’humanité d’exploiter un énorme potentiel, de compromettre des décennies de progrès et d’aggraver encore des inégalités tenaces, prévient-il.

Lorsque la transmission de la COVID-19 à l’échelle locale sera jugulée, il faudra donner la priorité absolue au retour des élèves dans les écoles et autres centres d’enseignement dans les meilleures conditions de sécurité possible, poursuit le secrétaire général de l'ONU.

Antonio Guterres appelle également à donner la priorité à l’éducation dans les décisions financières.

Le déficit de financement de l’éducation dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, nécessaire pour atteindre l'objectif de développement durable de l'éducation, est actuellement chiffré à 1500 milliards de dollars par an, mais va encore se creuser : l'UNESCO estime que la pandémie va l'accroître d'un tiers.

L'ONU demande enfin de cibler les personnes les plus isolées, « celles en situation d’urgence ou de crise, celles qui font partie de minorités, celles qui sont déplacées ou handicapées » et de repenser l’enseignement, notamment en investissant dans le numérique et les infrastructures.

La note d'orientation de l'ONU est lancée parallèlement à #SaveOurFuture, une campagne menée par dix partenaires, dont l'UNESCO, pour sensibiliser à l'urgence de l'éducation dans le monde.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !