•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les journalistes qui remettent les Golden Globes accusés de profiter d'un monopole

Une photo montrant de nombreuses statuettes dorées, les Golden Globes.

Les Golden Globes sont remis par l'Association hollywoodienne de la presse étrangère (Hollywood Foreign Press Association, ou HFPA).

Photo : Associated Press / Matt Sayles

Agence France-Presse

Le groupe très exclusif des journalistes organisant la prestigieuse cérémonie des Golden Globes est accusé, dans une plainte déposée lundi, de profiter d'avantages luxueux et d'un accès sans précédent aux vedettes d'Hollywood, tout en cherchant à saboter les adhésions de nouveaux membres, provoquant ainsi une situation de monopole.

Toute l'année durant, les membres de l'Association hollywoodienne de la presse étrangère (HFPA) profitent de voyages tous frais payés à des festivals de cinéma aux quatre coins du monde, où les studios les traitent somptueusement et satisfont leurs moindres désirs, détaille la plainte portée par la journaliste norvégienne Kjersti Flaa.

Les candidates et candidats qualifiés pour adhérer à la HFPA sont quasiment toujours rejetés parce que la majorité de ses 87 membres ne veulent pas partager les avantages économiques énormes qu'on leur offre en tant que membres, ajoute-t-elle.

Cette association jouit d'un pouvoir considérable en raison de la cérémonie qu'elle organise chaque année et qui permet souvent de prendre le pouls avant les Oscars. Ses membres décident qui repartira chaque année avec les très convoités Golden Globes.

Sa composition est pourtant entourée de mystères. Si certains membres travaillent pour des médias étrangers très respectés, beaucoup sont des pigistes qui écrivent pour des publications obscures.

Les studios, bien sûr, n'apprécient pas d'avoir à dépenser des sommes énormes pour répondre aux désirs de quelques dizaines de journalistes d'un certain âge que l'on entend régulièrement ronfler lors des projections, mais vu l'importance des Golden Globes, ils ne voient pas comment mettre fin à cette mascarade, accuse-t-on aussi dans la plainte.

On mentionne notamment un voyage de presse organisé par Disney dans un hôtel cinq étoiles à Singapour l'an dernier.

La HFPA rejette les accusations

La plaignante Kjersti Flaa a présenté sa candidature pour être membre en 2018 et en 2019, mais à deux reprises, celle-ci a été rejetée.

Elle reproche à des journalistes scandinaves leur opposition à son entrée, bien qu'elle remplisse les critères présentés par l'association pour en faire partie.

Interrogée par l'AFP, la HFPA, qui dit avoir cherché, ces dernières années, à attirer des membres plus jeunes, a réagi en rejetant ces accusations, reflets de tentatives répétées d'ébranler l'organisation, selon elle.

L'Association hollywoodienne de la presse étrangère a refusé de se faire rançonner et a dit à Mme Flaa que devenir membre ne s'obtenait pas par l'intimidation, précise la HFPA.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !