•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Directive de la FAA en vue d'une remise en service du Boeing 737 MAX

Une dizaine d'appareils Boeing 737 MAX sont posés sur le terrain extérieur d'une usine.

Des appareils Boeing 737 MAX sont cloués au sol à l'usine de Boeing à Seattle

Photo : Reuters / Lindsey Wasson

Reuters

L'administration américaine de l'aviation (FAA) a annoncé lundi qu'elle proposait d'exiger de Boeing quatre changements clés à apporter à la conception et au fonctionnement du 737 MAX afin de répondre aux problèmes de sécurité de l'appareil, immobilisé depuis mars 2019 après deux accidents meurtriers.

L'agence fédérale a publié un projet de directive de navigabilité pour demander la mise à jour du logiciel de contrôle de vol, une révision du système d'affichage afin de générer des alertes, une révision de certaines des procédures du personnel navigant et des changements dans l'acheminement de certains faisceaux de câblage.

Si ces mesures sont dans la lignée de celles attendues depuis des mois par Boeing et des analystes du secteur aéronautique, l'annonce de la FAA survient après des reports en séries et laisse entrevoir la dernière ligne droite vers une possible levée cette année de l'interdiction de vol du 737 MAX.

Il reste quelques obstacles à la remise en service de l'appareil, dont une période de 45 jours de consultation publique sur les modifications réclamées et la mise en place de nouvelles procédures de formation pour les pilotes.

Par ailleurs, les régulateurs canadien et européen ont leurs propres inquiétudes à propos du 737 MAX, cloué au sol dans le monde à la suite de deux catastrophes aériennes ayant causé 346 morts en moins de cinq mois en Éthiopie et en Indonésie.

Au regard de l'ampleur de la tâche, on ne peut déterminer pour l'heure si le modèle sera autorisé à voler de nouveau aux États-Unis avant la fin de l'année.

Le titre Boeing a gagné 2,7 % avant clôture lundi.

En réaction à la proposition de la FAA, l'avionneur basé à Chicago a déclaré qu'il continuait d'effectuer des avancées constantes vers une remise en service sécuritaire, travaillant de près avec la FAA et d'autres régulateurs mondiaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !