•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an après la mort de Thomas Cameron, ses proches lui rendent hommage

Karine Cameron, la mère de Thomas Cameron.

Pour Karine Cameron, la mère du jeune homme, ce rassemblement était l’occasion de souligner la vie de son fils.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Le Sherbrookois Thomas Cameron n'a pas été oublié par ses proches, qui lui ont rendu hommage un an jour pour jour après qu'il eut été assassiné dans un parc de la ville.

C’est dans le parc Adrien-Cambron, dans l’est de Sherbrooke, là où le corps du jeune homme a été retrouvé sans vie le 3 août dernier, que plusieurs dizaines de ses proches et amis se sont rassemblés, lundi, à 19 h 30.

Pour Karine Cameron, la mère du jeune homme, ce rassemblement était l’occasion de souligner la vie de son fils. Avec le drame qui est arrivé, on parlait beaucoup plus de la façon dont il est parti. Aujourd’hui, c’est pour célébrer la vie qu’il a eue et lui rendre un bel hommage, souligne-t-elle.

Je trouvais ça important pour que les gens n’oublient pas ce qui s’est passé. Je veux m’assurer qu’on se souvienne tous de lui, ensemble.

Une citation de :Karine Cameron, la mère de Thomas Cameron
Le jeune homme assis à l'extérieur, souriant

Thomas Cameron.

Photo : Facebook / Karine Cameron

Son fils tenait une place très importante dans sa vie. Elle le décrit comme un jeune homme attentionné, à l’écoute des autres et surtout, qui avait très bon cœur. Il avait un coeur tellement gros. Pour lui, c’était très important d’aider les autres, se remémore-t-elle.

Je me souviens qu’à un moment donné, il fallait que j’aille à l’hôpital et il tenait absolument à m’accompagner même s’il savait que ça allait être plate. Il m’a dit: "Maman, tu as toujours été là pour moi, alors maintenant, c’est à mon tour", poursuit-elle, émotive.

Des personnes réunies au parc Adrien-Cambron.

Des proches de Thomas Cameron se sont rassemblés dans le parc Adrien-Cambron, dans l’est de Sherbrooke, là où le corps du jeune homme a été retrouvé sans vie le 3 août dernier.

Photo : Radio-Canada / John Naïs

Je ne comprends pas pourquoi ça lui est arrivé

Audrey Duval-Guilham, l’une des meilleures amies du jeune Thomas Cameron, est venue spécialement de Drummondville pour rendre hommage à son ami. C’est vraiment difficile d’être là. Je ne comprends pas pourquoi ça lui est arrivé, un garçon aussi bien que lui, dit-elle, la voix étranglée par l’émotion.

Ça me fait mal de penser que je lui ai parlé 30 minutes avant que ça se produise et je n’ai même pas eu le temps de lui dire au revoir.

Une citation de :Audrey Duval-Guilham, l’une des meilleures amies de Thomas Cameron

La jeune fille décrit son ami comme un garçon gentil et toujours dévoué pour aider ses proches. Dès que tu n’allais pas bien, il était là pour toi. Il savait comment te réconforter, même si ça n’allait pas toujours bien dans sa vie. [...] Il n’y avait pas meilleur garçon que lui, souligne-t-elle.

Des ballons s'envolent dans le ciel.

Des ballons ont été lâchés dans le ciel en hommage au jeune Thomas Cameron.

Photo : Photo fournie / Karine Cameron

J’aimerais ça qu’il soit encore là. Pour lui parler, lui faire un câlin. Il est parti trop tôt à seulement 18 ans. C’est trop jeune pour partir comme ça. Il commençait à vivre sa vie d’adulte. Il méritait de vivre une belle vie, mais il n’a pas pu, s’attriste-t-elle.

Il était mon frère de cœur

William-Alexis Daignault a rencontré son ami Thomas à l’école secondaire. Je le considérais comme mon frère de cœur. C’était mon meilleur ami, explique-t-il.

Michael Innes, a quant à lui rencontré Thomas Cameron lorsque ce dernier était bénévole au tournoi de hockey Novice-o-Rama. Il n’a que de bons mots à l’égard du jeune homme. À 17, 18 ans, ce ne sont pas tous les jeunes qui veulent faire du bénévolat, mais Thomas était là, année après année depuis deux, trois ans, indique-t-il. 

Quand on lui demandait quelque chose, il n’était pas du genre à dire : "non, ça ne me tente pas". Le tournoi était comme une deuxième famille pour lui, se remémore M. Innes.

D’ailleurs, en janvier dernier, les organisateurs du 40e tournoi de hockey Novice-o-Rama ont rendu hommage au jeune homme. Un prix est dorénavant remis annuellement en son nom à un bénévole du tournoi.

Rappelons que deux adolescents ont été accusés à la suite de la mort du jeune homme. Les procédures judiciaires se poursuivent dans cette affaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !