•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PCU : des Canadiens victimes de vol d’identité en attente de leurs paiements

Façade avant d'un bâtiment pris en contre-plongée. Une enseigne indiquant l'adresse est à l'avant-plan

Un porte-parole de l'Agence du revenu affirme que le travail se fait le plus rapidement possible pour résoudre le problème. (Photo d'archives)

Photo : CBC/Tahmina Aziz

CBC News

Des centaines de Canadiens qui devaient obtenir la Prestation canadienne d’urgence (PCU) sont toujours en attente de paiements. Ils auraient été victimes de vol d’identité.

C’est le cas de Tamara Kater, de Toronto. Elle affirme avoir passé plus de 60 heures au téléphone dans le but d’obtenir des versements de PCU. Elle ne sait toujours pas quand elle obtiendra ces montants ni même si elle les obtiendra.

Mme Kater travaille dans l’industrie de la musique. Elle affirme être en attente depuis maintenant plus de 7 semaines pendant que l'État enquête sur une fraude liée à son nom.

Mme Kater recevait déjà des paiements de PCU. Ceux-ci ont rapidement cessé : l'État a découvert qu’elle avait aussi fait une demande de prestations d'assurance-emploi.

Un rapide examen de cette demande a révélé qu’un fraudeur avait soumis cette demande en utilisant ses données personnelles. Le fraudeur y affirmait avoir été mis à pied de son emploi chez Walmart. Mme Kater n’y a jamais travaillé de sa vie.

Aujourd’hui, elle n’obtient ni la PCU ni l’assurance-emploi.

Personne ne peut me dire quand la situation sera résolue, affirme-t-elle. Personne ne peut me donner d’estimation – une semaine ou des mois? – et c’est très troublant.

Mme Kater a dû emprunter de l’argent à sa famille et ses amis pour payer son loyer.

L’industrie de la musique ne renaîtra pas de ses cendres de sitôt. J’ai besoin de ces chèques pour survivre.

Tamara Kater

Elle n’est pas la seule dans cette situation.

Plus de 700 possibles cas de fraude signalés

Le Centre antifraude du Canada affirme avoir reçu plus de 700 plaintes de fraude liées à la PCU.

Plus de la moitié viennent du Québec, 172 de l’Ontario et 52 de Colombie-Britannique. Quelques dizaines de cas sont répartis dans les autres provinces.

Les cas varient. Par exemple, Nicole Hooper affirme que son compte de PCU sur le site web de l'État canadien a été piraté. Le fraudeur a modifié les informations de dépôt direct pour que les paiements soient versés vers une banque d’Ottawa.

La mère de deux enfants habite Quispamsis, au Nouveau-Brunswick. Elle a été mise à pied de son emploi dans le domaine de la finance.

Depuis, elle affirme avoir emprunté de l’argent à son ex-mari et à sa mère en attendant que les versements de PCU reprennent.

Je suis une personne très fière, a déclaré Mme Hooper à CBC News. Je ne veux pas avoir à prendre l'aide d'autres personnes, mais je dois d'abord penser à mes enfants et m'assurer qu'ils ont ce dont ils ont besoin.

Plusieurs personnes ne peuvent survivre sans ces versements. Si c’est si stressant pour moi, je ne peux imaginer ce que ça peut représenter pour quelqu’un qui n’a pas de proches avec la capacité d’aider.

Mme Hooper affirme avoir envoyé les documents qui prouvent son identité au gouvernement il y a trois semaines. J’ai appelé pour savoir ce qui se passait et s’ils les avaient reçus. On m’a répondu qu’ils avaient beaucoup de cas similaires au mien à gérer.

L’Agence du revenu travaille le plus vite possible

Dans une déclaration écrite, un porte-parole de l’Agence du revenu du Canada affirme que les cas de fraude et de vol d’identités sont prioritaires en ce moment.

Nous comprenons que plusieurs demandeurs attendent avec impatience leurs prochains paiements. Nous savons qu’il est important que cette situation soit résolue rapidement. Nous travaillons fort pour compléter nos enquêtes le plus vite possible.

L’Agence du revenu a aussi confirmé que ceux qui ont droit à la PCU recevront les versements manquants.

J’aimerais voir le gouvernement consacrer plus d’employés à ces enquêtes. Je ne veux pas voir plus d’argent des contribuables tomber dans les mains de fraudeurs, explique Mme Kater.

Mmes Kater et Hooper affirment n’avoir aucune idée de la façon dont les malfaiteurs ont pu obtenir leurs informations personnelles.

Le Centre antifraude affirme que la majeure partie des vols d’identité se font par hameçonnage ou par violation de données.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !