•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

250 personnes autorisées dans les rassemblements publics intérieurs

Chargement de l’image

La Maison de la culture de Gatineau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Québec franchit une nouvelle étape de son déconfinement. Le nombre de personnes autorisées dans les lieux publics intérieurs vient de passer de 50 à 250.

Le gouvernement du Québec en a fait l'annonce lors de son point de presse quotidien concernant la COVID-19. Les salles de spectacle, les cinémas, les lieux de culte et les salles en location sont directement touchés par celle-ci.

Les autorités sanitaires ont toutefois insisté pour rappeler que les consignes de santé publique devaient continuer à s'appliquer dans ces lieux.

On fait référence au port du masque dans les lieux publics fermés, au lavage de mains, mais surtout à la distanciation physique. Dans les lieux où les spectateurs sont assis en silence, ils pourront se tenir à 1,5 mètre de distance.

Ça prend vraiment une salle qui peut prendre 250 personnes, mais permettre la distanciation qu'on demande, a indiqué le ministre de la Santé Christian Dubé.

De son côté, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a souligné que le chiffre de 250 était une étape. On fait déjà un pas de 50 à 250. On va essayer 250 avant de passer à X nombre, a-t-il fait valoir.

« Je pense que le 1,5 mètre actuellement, c'est déjà un compromis. »

— Une citation de  Horacio Arruda, directeur national de santé publique

Une nouvelle réjouissante pour l’archidiocèse

L’économe diocésain de l’archidiocèse de Gatineau, René Laprise, se réjouit de cet assouplissement. À son avis, les funérailles et les mariages seront grandement facilités.

« Ça va permettre de désengorger les funérailles qu'il y avait en attente dans plusieurs des paroisses. »

— Une citation de  René Laprise, économe diocésain de l’archidiocèse de Gatineau

Certaines funérailles se sont vécues à des maximums de 50, mais là le 250 va permettre aux familles de ne pas limiter le nombre d'invités aux funérailles, peut-être d'accueillir l'ensemble de leur famille pour la mise en terre de leur défunt, a-t-il expliqué, en entrevue.

Dans les dernières semaines, quelques églises de la région ont dû avoir recours à un registre d'inscription pour permettre aux fidèles d'assister aux célébrations du week-end, puisqu'on ne pouvait accueillir que 50 personnes. La mesure de l’inscription va tomber avec le 250, parce qu’ils [les établissements de culte] vont pouvoir accueillir tout le monde, a ajouté M. Laprise.

À la Maison de la culture de Gatineau, on n’a pas l'intention d'ouvrir les portes à 250 spectateurs avant l'automne. L’organisation souhaite plutôt prendre le temps de s'adapter à cette nouvelle réalité.

Le porte-parole de la Maison de la culture, Martin Vanasse, explique qu’il faut un délai pour faire tous les ajustements, notamment en ce qui concerne la programmation.

Nous, c'est clair qu'on va le faire, mais on va le faire d'ici la fin septembre, parce qu'on a besoin de temps pour bien faire les choses et on a besoin de concevoir une nouvelle programmation, fait-il valoir.

Pour aider les salles de spectacle à assurer leur relance, le gouvernement du Québec a d’ailleurs lancé un plan d’aide de 6 millions de dollars plus tôt lundi.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !