•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Spyder et véhicules hors route populaires cet été

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un véhicule de type Spyder en vente dans un concessionnaire de la région.

Le reportage de Marie-Pier Mercier

Photo : Radio-Canada

Érik Chouinard

Comme beaucoup de Québécois sont privés de voyage cet été, certains semblent jeter leur désir de liberté sur les sports motorisés. Des détaillants observent un engouement particulier de la clientèle pour les types de véhicules s’approchant de la moto.

Ayant complètement écoulé son stock de VTT cet été, Paul Bibeau, le gérant de Moto Vanier, remarque que les véhicules hors route ont particulièrement la côte. Tout le monde manque de motos cette année, surtout au niveau des véhicules récréatifs et hors route, relate-t-il.

Malgré ces ventes, son entreprise n'a pas totalement rattrapé les pertes encourues durant les six semaines de fermeture causées par le confinement. C’est sûr que début mai avec le retour au travail, c’était plutôt mollo, mais juin et juillet ont été très bons, les gens ont recommencé à sortir et à magasiner, observe le gérant.

L’engouement se fait aussi sentir chez Adrénaline Sports, où la directrice générale, Pamela Besner, a vu la vente des véhicules de type Spyder augmenter. On l’entend tous les jours avec les Spyder, mais on le vit aussi avec les motomarines et les VTT, les gens ont besoin de sortir, surtout après le confinement, explique Pamela Besner.

Selon elle, il y a deux raisons pour cet attrait pour ces motos à trois roues : l’introduction, il y a deux ans, d’un nouveau modèle d’entrée de gamme avec un prix plus abordable et les changements de plans estivaux dus à la pandémie.

De plus en plus de véhicules 3 roues sur les routes

Depuis que le permis de moto n’est plus nécessaire, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) observe aussi une augmentation des Spyders sur les routes. Depuis 2010, on remarque une augmentation chaque année des véhicules Spyder au Québec, indique Gino Desrosiers, porte-parole de la SAAQ.

Selon lui, il y a environ 20 000 Spyder sur les routes et environ 200 000 motos. Tout le processus pour avoir le droit de conduire une moto s’étale sur près d’un an alors que pour les Spyder ça ne prend que la formation d'une durée de sept heures, nécessaire à l'obtention du permis de classe 6A pour les motos à trois roues.

Des motos sont alignées sur le plancher d'un concessionnaire.

Un concessionnaire qui vend des motos et des véhicules récréatifs.

Photo : Radio-Canada

Selon Pamela Besner, c’est l’une des raisons de l’attrait pour ce type de véhicule. En plus, la facilité de conduite attire beaucoup de clients pour qui la moto intéresse peut-être moins. Avec les Sypder, on va chercher une clientèle complètement différente, ajoute-t-elle.

Un aspect que corrobore Gino Desrosiers. Quand on regarde ça, on voit que le fabricant visait plus une clientèle de boomers qui voudrait garder un peu les mêmes sensations de se promener au vent que la moto, mais en étant plus détendu, remarque-t-il.

Même s’il y a moins d’accidents impliquant les véhicules à trois roues que pour les motos, il faut tout de même être vigilant. Les occupants sont plus vulnérables comme ils ne profitent pas de la protection d’un habitacle, c’est préférable d’être habillé en vêtements de protection qu’en bermuda, conclut le porte-parole de la SAAQ.

Avec les informations de Marie-Pier Mercier et Fanny Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !