•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième coupe prometteuse pour les agriculteurs de l'Abitibi-Témiscamingue

Une balle de foin.

Des producteurs craignent une pénurie de foin cette année.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Janis Rivard

Malgré un printemps froid et sec qui a entraîné une première coupe inférieure aux attentes, les grosses pluies et les fortes chaleurs qui ont suivi donnent espoir aux agriculteurs de la région.

La deuxième coupe sera prometteuse, et certains pourront même en faire une troisième.

Les dernières années n’ont pas été faciles sur le plan de la récolte des foins, entre autres, pour les agriculteurs de la région. Pascal Rheault, président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) en Abitibi-Témiscamingue, trouve que la situation cette année se présente plutôt bien. Plusieurs producteurs auront des surplus, qu’ils pourront garder pour se faire une réserve ou vendre.

Une machine agricole dans un champ.

De la machinerie agricole s'affaire à ramasser la récolte.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Certaines entreprises n’ont pas eu la saison facile avec la pandémie qui a empêché plusieurs travailleurs étrangers de venir dans la région, mais la température est propice aux cultures. Au niveau des grains, c’est sûr que c’est toujours embêtant tant que les récoltes ne sont pas amorcées, explique Pascal Rheault.

D’ailleurs, le bilan annuel de l’UPA n’est pas encore publié, on ne peut donc pas confirmer avec certitude comment les entreprises se portent.

Le président de l’Union des producteurs agricoles de l’Abitibi-Témiscamingue souligne la participation des gens pour soutenir les agriculteurs de la région. Il y a un engouement pour les produits locaux, donc il y a beaucoup d’achalandage au travers des différents kiosques, à travers la région, explique-t-il.

Plusieurs agriculteurs arriveront probablement à vendre une partie de leur surplus. Au sud du Québec et en Ontario, les températures n’ont pas été aussi propices aux cultures, et l’avoine, entre autres, est brune et trop sèche. Il pourrait s’agir de la plus grande sécheresse depuis les 10 dernières années, selon l’UPA.

La deuxième coupe, ça va être excellent. Je ne sais pas au niveau de la qualité, mais la quantité va être présente , dit Pascal Rheault. Il s’agit donc d’une bonne saison pour les cultures de notre région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !