•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des bleuets en grande quantité, mais plus chers

IMG_3313

On s'attend à ce qu'il y ait beaucoup de bleuets récoltés cet été.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

La saison s’annonce très bonne pour les producteurs de bleuets de la région en raison des conditions météorologiques favorables. La pandémie aurait même eu un effet bénéfique sur le prix du petit fruit bleu.

Toutefois, le recrutement de main-d’œuvre demeure un enjeu majeur, alors que certains producteurs peinent à recruter le personnel nécessaire à quelques jours du début de la récolte.

Ça fait depuis 2001 que je produis des bleuets frais, puis ça a toujours été un dilemme, un problème, pour avoir de la main-d’oeuvre qui nous cueille un beau produit. C’est facile de cueillir des bleuets, mais par contre c’est difficile de cueillir des bleuets qui sont propres et qui sont beaux.

Gilles Blouin, propriétaire de la bleuetière Bleuet sauvage

Le prix du bleuet n’est pas encore fixé. Des producteurs croient qu’il pourra être plus élevé que lors des dernières années. En effet, la pandémie aurait entraîné une hausse de la demande du petit fruit emblématique de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La COVID a fait en sorte que les gens se sont précipités sur les produits qui se conservent. Les fruits et les légumes congelés comme le bleuet. On sait aussi que 50 % de notre production est vendue aux États-Unis. Les Américains se sont eux aussi lancés là-dessus. Et pour le prix, c’est la loi de l’offre et de la demande. Comme les inventaires sont à zéro, le prix devrait être très élevé, explique le président du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec, Daniel Gobeil.

Daniel Gobeil indique que les usines doivent tout faire pour éviter une éclosion de COVID-19.

Les propriétaires d’usine doivent prendre des mesures extraordinaires pour éviter ça. Parce que c’est pour eux que ce serait catastrophique. S’il y a une usine qui est prise avec ça, c’est les autres qui vont prendre les bleuets. La perte va être chez eux, chez ce propriétaire de cette usine-là. Donc, ils doivent prendre des mesures exceptionnelles, fait valoir le président du syndicat.

La récolte des bleuets devrait débuter au cours des prochains jours.

D'après le reportage de Thomas Laberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !