•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peace River : des milliers de petits séismes liés à la fracturation, selon une étude

Des travailleurs s'activent sur le site d'un puits de gaz naturel en Colombie-Britannique.

Des chercheurs associent de petits tremblement de terre à de la fracturation hydraulique.

Photo : iStock

Radio-Canada

La région du district de Peace River, en Colombie-Britannique, subit plus de 1500 petits tremblements de terre par année, et la plupart d’entre eux sont liés à des opérations de fracturation, selon une étude publiée récemment.

Les chercheurs ont placé 15 détecteurs de séismes dans la région. Pas moins de 5757 petits tremblements de terre ont été enregistrés entre 2017 et 2019.

La grande majorité d’entre eux semblent être liés aux opérations de fracturation hydraulique, affirme Alessandro Verdecchia, géophysicien de l’Université McGill et l’un des principaux chercheurs de l’étude publiée en juillet dans la revue Seismological Research Letters.

Selon le géophysicien, le lien avec la fracturation a été établi en faisant le parallèle entre les activités des entreprises qui font de la fracturation et l’heure et l’emplacement précis des événements sismiques.

Certains des plus grands barrages de BC Hydro se trouvent dans le district régional de Peace River.

La société de la Couronne a déjà soulevé des préoccupations quant aux risques de dommages causés par les tremblements de terre causés par la fracturation.

M. Verdecchia indique que les chercheurs tentent de déterminer la plus grande magnitude de séisme pouvant être créée par la fracturation dans le bassin sédimentaire de l’ouest du Canada.

La région du nord-est de la Colombie-Britannique comprend la formation de Montney, une zone de gaz de schiste qui abrite près de 3000 puits de production.

Les événements de grande magnitude peuvent produire une accélération et une vitesse du sol plus importantes et, bien sûr, causer des dommages plus importants aux infrastructures, dit-il.

En 2018, un tremblement de terre d’une magnitude de 4,5 a secoué Fort St. John. Aucun dommage n’a été signalé, mais le séisme a été ressenti jusqu’à Dawson Creek et à Chetwynd.

Le séisme de la plus grande ampleur dans le bassin sédimentaire de l’Ouest canadien associé à la fracturation est un séisme de magnitude 4,6, survenu en août 2015, selon le chercheur.

Cependant, dit-il, un événement sismique de magnitude 5,5 survenu en Chine a été relié à une opération de fracturation hydraulique.

Les chercheurs souhaitent aussi comprendre à quelle distance de la fracturation ces événements peuvent se produire.

Ce sera utile pour les travailleurs lorsqu’ils décident de démarrer un puits de fracturation, de commencer les activités, car ils peuvent prévoir une distance avec les infrastructures importantes ou des zones peuplées, explique M. Verdecchia.

D’après les recherches effectuées jusqu’à présent, des séismes ont été détectés à une distance pouvant aller jusqu’à 5 kilomètres des installations.

La fracturation hydraulique est une technique d'extraction du gaz et du pétrole de schiste par injection d'eau, notamment, à haute pression sous terre, au-delà des nappes phréatiques, afin de libérer le gaz et le pétrole enfermés dans les roches.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !