•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Furey est le nouveau premier ministre désigné de Terre-Neuve-et-Labrador

Andrew Furey donne un discours après l'annonce des résultats.

Andrew Furey, qui a remporté la course à la direction du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador et en devient donc le nouveau premier ministre, donne un discours après l'annonce des résultats.

Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Vainqueur de la course à la direction du Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey remplacera le premier ministre Dwight Ball, qui a démissionné de son poste en février dernier.

M. Furey a recueilli le double des points de son adversaire, l'ancien sous-ministre John Abbott, lors de ce vote, pondéré pour que chacune des 40 circonscriptions provinciales ait un poids égal. Le résultat final a été de 26 443 points contre 13 567.

Au total, près de 34 000 personnes s’étaient inscrites pour voter, mais seulement 21 000 électeurs ont exercé leur droit. Ce taux de participation de 61 % est inférieur à celui qui avait été enregistré en 2013 lors de l’élection de Dwight Ball à la tête du parti.

Désormais premier ministre désigné, Andrew Furey devra gérer une situation financière très difficile, en raison d'une économie stagnante et de redevances pétrolières en baisse.

Lors de son discours qui a suivi l’annonce des résultats, le nouveau premier ministre a d’ailleurs abordé abondamment les défis économiques auxquels fait face la province, qui ont été exacerbés par la crise de la COVID-19, a-t-il dit.

Nous faisons face à une époque économique difficile. L’économie, la fiscalité, l’emploi dans notre province sont critiques. Ce n’est pas une crise que nous pouvons surmonter à court terme. Il n’y a pas de baguette magique, mais c’est un défi qui appelle une action immédiate, a-t-il lancé.

M. Furey a d’ailleurs tendu la main aux élus provinciaux pour que tous collaborent à des solutions.

Ensemble, nous pouvons rêver d’un avenir plus radieux. Ensemble, nous allons émerger de cette crise.

Andrew Furey, nouveau premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

Selon lui, la province doit absolument redéfinir ses industries principales, qu’il a énumérées comme étant le pétrole, le gaz, le poisson et le tourisme, pour trouver des solutions durables à cette crise.

Il nous faut toujours nous poser la question : qu’est-ce qui viendra après? Pour profiter de notre potentiel dans le secteur technologique, accepter de nouvelles technologies, renforcer notre secteur culturel connu de par le monde.

Andrew Furey

Andrew Furey pourrait ne pas être en poste très longtemps, puisque, selon les règles parlementaires, la province doit tenir de nouvelles élections générales dans un délai d’un an après l’élection d'un nouveau chef de parti qui devient premier ministre.

C’est une première expérience en politique pour le chirurgien orthopédiste, qui vient cependant d'une famille de politiciens. Son père, George Furey, est le président du Sénat canadien. Son oncle, Chuck Furey, est un ancien ministre provincial.

Son élection n'est pas une surprise, puisqu'il jouissait du soutien de tout le cabinet libéral ainsi que de son caucus.

Un audit du processus électoral demandé

Peu de temps avant l’annonce des résultats, l’équipe de John Abbott a fait savoir que, qu’il gagne ou qu’il perde, il réclamait un audit du processus électoral.

M. Abbott dénonce plusieurs irrégularités survenues lors de la campagne.

Il affirme notamment que des membres de son équipe ont appelé des électeurs inscrits pour découvrir qu'ils étaient morts avant que le processus d'élection d'un nouveau chef n'ait commencé.

Il dit aussi que de nombreuses personnes appelées à partir de la liste des électeurs inscrits fournie par le parti n'avaient aucune idée de la façon dont elles avaient pu être inscrites sur la liste.

Par ailleurs, des milliers d’électeurs inscrits auraient passé des heures à tenter de joindre la ligne d'assistance du parti pour obtenir le code dont ils avaient besoin pour voter. Certains auraient tout simplement abandonné.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !