•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enseignante est inquiète à l'approche du retour en classe en Saskatchewan

Des élèves dans une classe de l'École Ducharme, à Moose Jaw, en Saskatchewan.

Les divisions scolaires élaborent actuellement leur plan pour que les élèves et les professeurs puissent se retrouver dans les salles de classe en toute sécurité cet automne.

Photo : Jessica Hébert/ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Les élèves de la maternelle à la 12e année pourront retourner à l’école le 1er septembre prochain en Saskatchewan. Mais, à moins d’un mois de la rentrée sous le signe de la COVID-19, une enseignante de Saskatoon est inquiète et dit que plusieurs de ses questions demeurent sans réponse.

Jennifer Gallays, âgée de 44 ans, enseigne depuis 20 ans. Elle souffre d'un problème respiratoire, un asthme grave, qu’elle gère quotidiennement.

J’espère que l’été durera pour toujours. Pas seulement parce que c’est l’été, mais aussi à cause de la peur. La peur de l’inconnu, la peur d’y retourner [en classe].

Jennifer Gallays, enseignante de 6e année à Saskatoon

Les divisions scolaires élaborent actuellement un plan pour que les élèves et les professeurs puissent se retrouver dans les salles de classe en toute sécurité cet automne. Ce plan est élaboré en fonction des directives établies par la province le 9 juin dernier.

L'enseignante Jennifer Gallays.

La taille des classes, qui devra porter un masque et quel sera le protocole si quelqu’un est déclaré positif à la COVID-19 sont parmi les questions de Jennifer Gallays qui restent en suspens.

Photo : Radio-Canada / Soumis par Jennifer Gallays

Les divisions scolaires ont soumis leur plan au ministère de l’Éducation, qui les a transmis à leur tour à l’équipe provinciale chargée de planifier le retour en classe.

Tous les deux ont refusé les demandes d’entrevue de CBC/Radio-Canada. Les détails de ces plans ne sont pas encore connus.

Pour l’enseignante de 44 ans, qui sera en première ligne de ce retour en classe, ce silence est frustrant.

Quelle sera la taille des classes, qui devra porter un masque et quel sera le protocole si quelqu’un est déclaré positif à la COVID-19 sont parmi les questions de Jennifer Gallays qui restent en suspens.

Espaces restreints et contacts étroits

La population scolaire de la province est composée de dizaines de milliers d’élèves et d’enseignants.

Selon la Fédération des enseignants de la Saskatchewan, il y a un peu plus de 12 000 professeurs à temps plein et quelque 2800 suppléants.

Les espaces encombrés et les contacts étroits, ce sont des choses qui arrivent tout le temps dans les écoles.

Jennifer Gallays, enseignante à Saskatoon

J’aurai 29 élèves l’an prochain. Nous serons à l’intérieur et nous serons en contact étroit. C’est la recette exacte pour répandre la COVID-19, explique l’enseignante.

Jennifer Gallays souhaite que le gouvernement rende le port du masque obligatoire dans les écoles, réduise la taille des classes et y assure une meilleure ventilation.

Elle reconnaît que les divisions scolaires font de leur mieux avec les ressources dont elles disposent, mais craint que cela ne soit pas suffisant.

Je ne sais pas s’ils iront assez loin pour éviter qu’une propagation communautaire soit déclenchée, conclut Jennifer Gallays.

Avec les informations de Dan Kakreski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !