•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La question du masque au secondaire va être réévaluée », dit Arruda

Horacio Arruda lors d'un point de presse.

Le directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a fait savoir que la question du port du masque au secondaire sera revue.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Québec présentera la semaine prochaine une nouvelle version de son plan sanitaire en vue de la rentrée scolaire, a annoncé lundi le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Un plan pour le retour a déjà été présenté à la mi-juin, mais il a besoin d'être actualisé, a-t-il indiqué lors d'un point de presse donné en compagnie du directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda.

La question du masque au secondaire va être réévaluée, a d'ailleurs confirmé ce dernier, en répondant à une question sur la cohérence des directives actuellement en vigueur.

Le Dr Arruda a toutefois ajouté du même souffle que le contexte dans une salle de classe n'est pas le même qu'à l'épicerie, notamment parce qu'un professeur peut gérer certains éléments de distanciation.

Cet élément va être spécifiquement revu, parce que l’introduction du masque dans la communauté génère toute une série de questions. [...] Il y a plein d’éléments de cette nature qui vont être recommuniqués clairement aux différents acteurs.

Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec

C’est très évident qu’en ce moment, il y a beaucoup de questions sur les écoles. Pour moi, ça fait partie pas juste d'un plan sur la santé, mais d'un plan gouvernemental, a enchaîné le ministre Dubé.

Selon lui, beaucoup de conversations à ce sujet ont eu lieu ces derniers jours avec le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge.

C’est sûr que le plan déposé en juin – M. Roberge le reconnaît – a besoin d’être actualisé. [...] Ce plan – c’est tout à fait normal, et c’est ce qui avait été prévu – va être actualisé la semaine prochaine.

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

On va s’assurer qu’il n’y ait pas d’incohérences, a encore dit le ministre Dubé, après avoir précisé que l'actualisation du plan était nécessaire en raison des nouvelles informations dont le gouvernement dispose en matière de santé publique.

À l'heure actuelle, tout jeune de plus de 12 ans doit porter un masque dans les lieux publics fermés et les transports en commun.

Le plan présenté par le ministre Roberge en juin n'imposait cependant pas le port du masque à ces mêmes adolescents à l'intérieur des murs des écoles secondaires.

Le président de la Fédération des comités de parents du Québec, Kévin Roy, a réclamé une telle mise à jour avant le début des classes.

Je m'attends à ce qu'il y ait des clarifications sur le port du masque. Ça peut porter à confusion, étant donné qu'il y a eu des changements [dans les directives], a-t-il déclaré à Radio-Canada avant la conférence de presse.

Il faudra l'expliquer aux gens parce que, pour l'instant, ça ne semble pas cohérent, a-t-il ajouté.

M. Dubé a laissé entendre que l'actualisation du plan de Québec en vue du retour en classe concernera aussi les collèges et les universités, ainsi que les services de garde.

Pas d'amendes pour l'instant pour les dissidents

Québec n'a pas l'intention pour le moment de donner des amendes aux Québécois qui ne portent pas le masque dans les lieux publics. Le gouvernement est d'avis que la population se conforme à la consigne et qu'il n'y a pas lieu d'être plus sévère à ce stade-ci. Mais la situation est en observation et des mesures plus contraignantes pourraient être adoptées.

Une autre journée avec plus de 100 nouveaux cas

Québec recense 123 nouveaux cas de COVID-19 et 2 décès supplémentaires, selon le plus récent bilan publié lundi avant-midi par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Avec ces nouvelles données, Québec enregistre 59 722 cas confirmés et 5683 décès.

Ce bilan représente l'état des lieux constaté au cours d'une période de 24 heures, qui s'est terminée dimanche à 16 h.

Le ministère spécifie toutefois qu'un des deux nouveaux décès mentionnés lundi est en fait survenu avant le 26 juillet.

Le nombre de personnes hospitalisées s'établit à 172, dont 18 qui sont aux soins intensifs, soit une de plus que la veille.

Le nombre de personnes considérées comme guéries est toujours de 50 886.

Selon le Dr Arruda, ces cas sont surtout attribuables à des éclosions survenues dans des camps de jour, au terme de rassemblements privés, mais aussi au sein de certains groupes de travailleurs étrangers.

Selon le ministre Dubé, ces chiffres constituent néanmoins une bonne nouvelle et témoignent d'une certaine stabilité de la situation au Québec.

Les deux hommes ont invité les Québécois à aller se faire tester au moindre doute, particulièrement au retour des vacances de la construction, où des gens peuvent avoir relâché leur vigilance.

C’est un geste responsable de se dire : "Peut-être que j’ai été dans une situation où je n’ai pas respecté [les directives], où on s’est rapproché un peu. Dans le fond, je vais y aller passer le test..." Si c’est ça, dans le fond, c’est un acte citoyen que vous faites, vous allez éviter des cas secondaires.

Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec
Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Horacio Arruda lors d'une conférence de presse.

Le directeur national de santé publique a réitéré cette demande plus tard en journée dans une entrevue à ICI RDI. Il demande sans exception à tous ceux qui ont des symptômes de rhume ou de grippe, et à ceux qui ont fréquenté des rassemblements familiaux ou amicaux de plus de 10 personnes, et ce, même dans des régions où il n'y a pas beaucoup de cas, d'aller se faire tester.

Il assure que tout est mis en oeuvre pour que le dépistage se déroule rondement et sans trop d'attente, et pour que les gens reçoivent les résultats de leur test plus rapidement. Un sous-ministre devrait d'ailleurs être affecté exclusivement à améliorer le processus.

Le Dr Arruda rappelle en outre aux Québécois que la distanciation sociale et le lavage des mains demeurent les mesures les plus efficaces pour contrer la propagation de la maladie.

J’ai vu, depuis qu’on a ajouté le masque, beaucoup moins de gens se laver les mains, et même moins de sites pour se laver les mains. Faudrait pas remplacer ça [par] le masque, a-t-il mis en garde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !