•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Environ 1 % des Ontariens ont contracté la COVID-19, selon la santé publique

Le nombre d’Ontariens qui ont été infectés par la COVID-19 serait ainsi quatre fois plus élevé que le bilan officiel

Des échantillons de sang et de l'équipement de laboratoire.

Santé publique Ontario a mené des tests sérologiques à partir d'échantillons envoyés dans ses laboratoires afin d'être analysés pour des raisons diverses, mais pas spécifiquement en lien avec la COVID-19.

Photo : getty images/istockphoto

Radio-Canada

Seulement une petite portion de la population ontarienne a été infectée par la COVID-19 depuis le début de la pandémie, selon une étude réalisée à partir de tests sérologiques par Santé publique Ontario.

L’étude indique qu’environ 1 % de la population avait développé des anticorps lors de l'analyse de 7014 échantillons de sang en juin.

Le nombre de personnes qui ont été infectées dans la province serait donc plus près des 160 000 cas que des 39 449 cas confirmés jusqu’ici par les tests de dépistage.

Ces nombres suggèrent que les autorités de la santé auraient détecté environ le quart des cas dans la province grâce au dépistage.

Les tests sérologiques peuvent être utilisés pour déterminer la proportion de la population qui a été infectée par la COVID-19 en examinant le nombre de personnes ayant développé des anticorps.

Dans l'ensemble du pays, moins de 1 % des Canadiens auraient été infectés par la COVID-19, selon une étude de la Société canadienne du sang et le Groupe de travail sur l'immunité face à la COVID-19 du Canada.

Méthodologie

Santé publique Ontario a analysé des échantillons venant d’individus qui ont initialement fait l’objet de tests diagnostiques dans ses laboratoires, à des fins diverses, mais pas spécifiquement pour le dépistage de la COVID-19. 

Les échantillons ont été sélectionnés en fonction de l’âge, du sexe et du lieu de résidence. Toutefois, aucune sélection n’a été faite en fonction de l'ethnicité ou du revenu, alors que des données démontrent que les personnes racisées et les personnes à faible revenu sont plus touchées.

Les échantillons ont été anonymisés avant d’être analysés.

L’étude indique aussi que les régions du Centre-Est et de Toronto sont les plus touchées avec environ 1,5 % de leur population porteuse d'anticorps en juin.

Un graphique indique le taux de séroprévalence ajusté de la COVID-19 selon les régions ontariennes, du 5 au 30 juin. Nord (0,3%), Est (0,3%), Centre-Est (1,5%), Toronto (1,5%), Sud-Ouest (0,4%) et Centre-Ouest (1,1%).

Graphique publié dans l'étude de Santé publique Ontario

Photo : Santé publique Ontario

La séroprévalence varie aussi selon l’âge. Elle était de 0 % chez les enfants de 5 à 9 ans, alors que 2,6 % des personnes âgées de plus de 80 ans avaient des anticorps.

Santé publique Ontario note toutefois que plus de recherches doivent être faites pour connaître la prévalence du virus chez les enfants, d'autant plus que ceux-ci s’apprêtent à retourner à l’école dans quelques semaines.

L'organisme compte faire d’autres enquêtes du même genre pour suivre l’évolution de la pandémie.

Ses laboratoires devraient aussi analyser un plus grand nombre d’échantillons pour permettre des enquêtes plus détaillées.

Au Québec, le directeur de santé publique, le Dr Horracio Arruda espère publier les résultats d’une étude similaire au cours des prochains jours. Celle-ci a a été conduite en collaboration avec Hema-Québec.

On s’attend à peu près au même niveau (environ 1 %, NDLR) ici au Québec, dans la région métropolitaine plus qu’en périphérie, selon lui.

On espère que les gens qui ont été infectés une première fois vont être au moins protégés en partie contre une réinfection, mais on en sait rien encore pour l’instant, a expliqué le Dr Marc Germain, directeur chez Hema-Québec.


Pour consulter l'étude : Séroprévalence de la COVID-19 en Ontario (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !