•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les banques alimentaires se préparent à la fin de la PCU et à une demande accrue

Une affiche indiquant l'entrée d'une banque de nourriture.

Selon le Judson Cassidy, le président du Vestiaire Saint-Joseph, même si la demande est moindre qu'au plus fort de la pandémie, elle pourrait augmenter à nouveau avec la fin de la PCU.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les banques alimentaires ont fait des pieds et des mains pour continuer à venir en aide à la population au plus fort de la pandémie, mais voilà qu'elles craignent les conséquences de la fin des programmes d'aide gouvernementaux, de la Prestation canadienne d’urgence (PCU).

Au plus fort de la pandémie, la banque alimentaire du Vestiaire Saint-Joseph, à Shédiac, venait en aide à environ 750 personnes par semaine. Ce nombre a diminué de 35 à 40 % au courant des dernières semaines selon Judson Cassidy, président de l’organisme.

Cependant, M. Cassidy croit qu’il est trop tôt pour se réjouir. Il pense que les subventions gouvernementales ont permis à beaucoup de citoyens de garder la tête hors de l'eau, mais il est inquiet de la situation dans laquelle ces gens se retrouveront lorsque ces programmes prendront fin.

Pour faire face à la demande accrue envisagée, le Vestiaire Saint-Joseph s’est lancé dans les préparatifs. Ils accumulent autant de vêtements et de nourriture qu'ils le peuvent, afin d’être en mesure de venir en aide à ceux qui en auront besoin dans un futur proche, peu importe leur nombre.

Une collecte compliquée en temps de pandémie

En mars, au début de la pandémie, la banque alimentaire lançait un cri du coeur pour obtenir de l'aide.

Elle ne pouvait plus recevoir de dons du public ou des produits alimentaires et elle a vu son nombre de bénévoles fondre. Ces derniers étaient inquiets pour leur propre santé et essayaient de respecter les mesures de distanciation sociale.

L’organisme s’est vite ajusté pour continuer à venir en aide aux gens de la région de Shédiac. Il a choisi l’option d’offrir des boîtes de denrées déjà préparées, plutôt que de laisser les gens entrer et choisir leurs aliments.

Les étagères garnies de denrées non périssables à l'intérieur du Vestiaire Saint-Joseph.

Le Vestiaire Saint-Joseph accepte de nouveau les dons du public.

Photo : Radio-Canada

Heureusement, le Vestiaire Saint-Joseph a retrouvé environ 50 % de ses bénévoles depuis, qui ont eu toute une surprise lorsqu’ils ont rouvert leur chute pour les dons.

Trois semaines passées, on a décidé de rouvrir la chute pour que les gens nous donnent des dons. En fin de semaine on a été obligés de le fermer de nouveau parce que les dons étaient rendus au plafond. On a dit: on s’excuse, on a eu un très on support, mais trop. Donc on a fermé de nouveau pour deux semaines, raconte Judson Cassidy. Il souligne que la chute de dons de l'organisme vient d’être rouverte.

Les dons de vêtements, de nourriture non périssable ou encore en argent sont acceptés.

Selon le reportage de Laurianne Croteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !