•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La demande pour des chiens toujours aussi élevée à Edmonton

Six chiots en train de manger.

Vous devrez vous mettre en ligne si vous cherchez un nouveau chien dans la région d’Edmonton. La demande est extremement forte en ce moment.

Photo : Shannon Grabill

Radio-Canada

La famille d’Erin Reid a deux chiens, mais pense avoir assez d’amour et de temps pour en adopter un autre… s’ils peuvent en trouver un.

La famille qui vit à Saint-Albert envisage d’ajouter un troisième chien à la famille depuis un an. Il y a un mois, Erin Reid a commencé à rechercher des organismes de sauvetage et a été surprise par ce qu’elle a découvert.

Chaque fois la réponse était simplement qu’il n’y avait pas de chien disponible , explique-t-elle en ajoutant qu’une des personnes à qui elle a parlé a comparé l’adoption d’un chien en ce moment à gagner à la loterie.

Deux chiens couchés dans l'herbe dans la cour arrière d'une maison.

Erin Reid voudrait bien trouver un nouveau compagnon pour Cody et Lulu, mais ne pensait pas que cela serait aussi difficile.

Photo : Erin Reid

La famille n’est pourtant pas pointilleuse. Elle espère trouver une femelle de taille moyenne. Jusqu’à maintenant elle a tenté d’adopter au moins une douzaine de chiens sans succès.

Je crois que c’est parce que les gens ont plus de temps en raison de la COVID-19, alors c’est maintenant qu’ils veulent adopter le chien qu’ils souhaitaient , dit Erin Reid.

Les éleveurs locaux de chiens et l’Edmonton Humane Society disent qu’ils sont débordés par les demandes de gens désireux d’adopter un animal.

D’ailleurs, à l’Edmonton Humane Society il y a rarement plus de deux ou trois chiens disponibles pour une adoption. Une situation qui est complètement hors de l’ordinaire pour l’organisme.

La situation est certainement unique. Il y a une demande constante pour les animaux ce qui est une excellente nouvelle , souligne la porte-parole de l’Edmonton Humane Society, Kylie Adams.

Ce qui se passe, c’est qu’un animal prêt à être adopté sera affiché sur le site web, nous allons recevoir des demandes assez rapidement et puis l’animal est retiré du site web pendant que nous traitons l’adoption , ajoute-t-elle.

La popularité des adoptions est également ressentie par les éleveurs, malgré le prix souvent élevé d’un chiot.

Sonia Nelson est propriétaire de Hearty K9s, situé près de Wetaskiwin. Elle y élève la populaire race goldendoodle depuis 16 ans. 

Nous avons entre 9 et 12 portées par an et la moyenne est de sept ou huit chiots par portée , explique-t-elle.

Une chienne qui allaite ses petits.

Les bébés de la chienne Biscuit étaient déjà tous adoptés avant même leur naissance au début du mois de juin.

Photo : Sonia Nelson

Même s’il y a une énorme demande en ce moment, Sonia Nelson refuse que ses femelles aient plus d’une portée par an.

Je ne vais pas compromettre mes chiens pour quelque raison que ce soit , insiste-t-elle.

Hearty K9s a donc mis en place une liste d’attente. J’ai, en ce moment, 42 dépôts pour des chiots qui ne sont non seulement pas encore nés, mais qui ne sont pas non plus en route , mentionne-t-elle.

La situation est similaire pour Shannon Grabill, propriétaire de Tricklecreek Clumber Spaniels à Spruce Grove.

Elle a vu la demande pour cette race d'épagneul plutôt rare monter en flèche.

Le nombre de visiteurs sur notre page Facebook et notre page web a augmenté de 60%. J’ai reçu beaucoup de messages de la part de beaucoup de gens , dévoile-t-elle.

Shannon Grabill avec un chiot dans les bras.

Shannon Grabill a vu ue augmentation importante de l'intérêt pour ses chiens. La liste d'attente pour une adoption est de plus en plus longue.

Photo : Fournie par Shannon Grabill

Ceux qui communiquent avec elle mentionnent presque tous la même chose : ils ont le temps en ce moment de s’occuper d’un chien.

Parce qu’ils sont à la maison beaucoup plus en raison de la pandémie, ils estiment que c’est le bon moment pour ajouter un membre à la famille , ajoute-t-elle.

Elle aussi ne permet pas à ses chiennes d'avoir plus d’une portée par an. Chaque femelle a, en moyenne, sept ou huit chiots. Je pense que j’ai de 30 à 50 applications en attente en ce moment , dit-elle.

La prudence est de mise

Les éleveurs privés tiennent toutefois à avertir ceux à la recherche d’un chien de se méfier des escrocs qui sont bien conscients de la forte demande.

Vous allez voir beaucoup de gens qui ne sont pas éleveurs, mais qui ont commencé l’élevage dans le seul but de faire de l’argent. Ils vont compromettre la santé des mères et ne feront pas de tests sur les bébés , dit Shannon Grabill.

Quant à l'Edmonton Humane Society, elle conseille aux gens d’être patients, car des chiens à la recherche d’une nouvelle famille sont rendus disponibles pour l’adoption tous les jours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !