•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Collège Olds fait appel à des guêpes pour se débarrasser du criocère du lys

Deux criocères du lys, une sorte de coccinelle rouge, dévorent les feuilles d'une plante.

Le criocère du lys est apparu à Edmonton il y a quelques années.

Photo : Radio-Canada / Lydia Neufeld

Radio-Canada

L’entomologiste Ken Fry, du Collège Olds, a choisi de s’allier des guêpes pour venir à bout des criocères qui ravagent les lys et fritillaires.

Le professeur d’horticulture étudie notamment l’efficacité des guêpes comme prédateurs de ces insectes asiatiques et les premiers résultats semblent démontrer que cette solution naturelle fonctionne.

Au final, on veut en arriver à une gestion naturelle d’un prédateur naturel, pour rétablir l’équilibre naturel, explique-t-il.

La guêpe asiatique est l’un des prédateurs connus de ce criocère vraisemblablement arrivé au Canada par le marché du lys, lors de l’importation de plantes ou de bulbes.

D’abord découvert à Montréal dans les années 1940, l’insecte est aujourd’hui présent dans toutes les provinces canadiennes, sauf la Colombie-Britannique, selon le Collège Olds.

Elle le dévore de l’intérieur

Le procédé est simple : la guêpe dépose ses oeufs lorsque le criocère est encore à l’état de larve. Elle attend que la larve ait fini de se nourrir et commence sa métamorphose. C’est à ce moment qu’elle commence à le consommer, souligne Ken Fry.

Elle le dévore de l’intérieur vers l’extérieur, un peu comme dans le film Alien. Elle sort comme adulte au printemps. Le criocère fournit de la nourriture et un site d’hivernation. La guêpe en sort au printemps à la recherche de nouveaux criocères.

La guêpe ne raffole que des criocères du lys, il n’y a donc aucun risque pour les espèces indigènes, précise Ken Fry. Des études en laboratoire ont prouvé que les guêpes ne s’attaqueraient qu’à cet insecte, en Alberta.

Au Canada, il y a un comité de contrôle biologique très strict pour surveiller toute introduction potentielle [...] on a donc réfléchi longuement avant d’importer un prédateur naturel afin de gérer une espèce étrangère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !