•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un propriétaire retrouve son logement saccagé par la locataire

Des dizaines de seringues utilisées sont sur le plancher.

Le propriétaire a découvert des dizaines de seringues sur le sol après le départ de la locataire.

Photo : Gabrielle Morissette

Radio-Canada

Un propriétaire de Chicoutimi a retrouvé son appartement dans un piteux état. Il a eu recours à la justice pour évincer la locataire qui a quitté, mais en saccageant l’endroit avant de partir.

La locataire de son logement, situé sur la rue William Ouest à Chicoutimi, lui a causé beaucoup de problèmes dès qu’elle a pris possession de l’appartement.

Plusieurs événements impliquant des interventions policières sont survenus depuis septembre 2019.

Depuis 13 mois en un mot c'est une piquerie. C'est une place de vente, c'est une piquerie , déplore Éric Beaulieu.

Le propriétaire de cet immeuble se doutait bien qu'il se passait des choses louches dans son appartement.

Des aiguilles et beaucoup de choses entassées sur le plancher.

Le propriétaire d'un immeuble à Chicoutimi a eu la mauvaise surprise de découvrir l'état de son appartement.

Photo : Gabrielle Morissette

Le 3 février 2020, Éric Beaulieu porte plainte à la Régie du logement pour expulser sa locataire, une dame d'une quarantaine d'années. Après plusieurs mois d'attente, les deux partis se présentent en cour et la résidente se voit dans l'obligation de quitter l'appartement le vendredi 31 juillet à minuit.

Madame avait une avocate. On a pris un arrangement comme de quoi elle devait quitter les lieux vendredi le 31 à minuit en laissant l'endroit propre, en bon état et remettre les clés et utiliser le logement d'une façon diligente. Mais ce n'est pas du tout ce qui s'est passé.

Des tiroirs déversés.

Des dizaines d'objets abandonnés jusque dans la cave de l'appartement.

Photo : Gabrielle Morissette

C'est plein d'ordures partout. À l'intérieur c'est encore pire. Il y a plein de seringues et d'affaires dégueulasses qui ont été tirées là par exprès. Il y a des graffitis sur les murs et ils sont partis avec mes lustres , se désole Éric Beaulieu.

De nombreuses personnes fréquentaient l'endroit. Selon M. Beaulieu, une centaine d'individus pouvaient y circuler de jour comme de nuit. Plusieurs événements ont même nécessité l'intervention des forces policières depuis l'arrivée de la locataire le 1er juillet 2019.

Il y a eu une alerte à la bombe, un mort, de la violence. Il y a aussi eu une attaque à main armée. Ça, ça a été le dernier événement le 1er février.

Éric Beaulieu, propriétaire du logement

Les voisins de l'immeuble en question ont préféré garder l'anonymat par peur de représailles de la part de l'ancienne locataire et de ses fréquentations.

Une voisine a témoigné de la peur qui régnait dans le voisinage.

Je pense que c'est tout le monde qui avait peur un peu de ce qui se passait avec les voisins qu'on avait en face. Ils ont eu de très bons propriétaires. Mais on craignait surtout pour les enfants. Qu'ils ramassent une seringue par terre.On avait vraiment peur qu'il arrive des choses à nos enfants. C'est une bonne chose que ça soit terminé, affirme-t-elle.

Un canapé dehors et des bouteilles de bière sur le sol.

Même la cour était remplie de déchets.

Photo : Gabrielle Morissette

M. Beaulieu procédera à une réclamation auprès de ses assurances pour les dommages causés par l'ancienne locataire.

Selon lui, il ne sera pas en mesure de relouer l'appartement avant un mois le temps de tout nettoyer et de rendre le logement habitable à nouveau.

D'après un reportage de Gabrielle Morissette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !