•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je viens écouter les gens » : visite de l’évêque de Timmins à Hearst


Mgr Serge Poitras donne une allocution.

Mgr Serge Poitras a notamment déjà travaillé avec le cardinal Marc Ouellet à Rome. (archive)

Photo : Diocèse de Hearst-Moosonee

Le pape François a demandé au Mgr Serge Poitras, évêque de Timmins, de se rendre au diocèse de Hearst-Moosonee au mois d'août dans le cadre d'une visite « épiscopale et fraternelle ». Les fidèles pourront ainsi le rencontrer du 16 au 22 août dans l’évêché.

Il y a toujours des difficultés dans les diocèses. Mais de temps en temps il y a des problèmes plus difficiles à régler. La congrégation [des évêques] offre de l'assistance avec la visite de Mgr Poitras et leur évaluation de notre situation ici à Hearst, explique Mgr Robert Bourgon, premier évêque du diocèse de Hearst-Monsonee.

La paroisse est tourmentée par des accusations de fraude portées contre un prêtre et un curé à la retraite du diocèse en plus d'accusations de nature sexuelle contre un prêtre à la retraite de Hearst.

L'évêque devant l'autel d'une église.

L'évêque du diocèse de Hearst-Moosonee, Robert Bourgon.

Photo : Lise Camiré-Laflamme

Écoute

Mgr Bourgon souligne que la venue de Mgr Poitras ne constitue pas une visite apostolique, où un délégué pontifical est envoyé par Rome pour régler un problème spécifique au sein d'un diocèse.

Mgr Poitras confirme mener une mission d'écoute. Il soutient qu'avoir une personne extérieure au diocèse permet à tous et toutes de s'exprimer librement.

Moi, je viens pour écouter les gens, pour écouter les prêtres, écouter les fidèles. Je vais voir un peu comment ils vivent leur vie dans l'église.

Mgr Serge Poitras, évêque de Timmins

Il ajoute que la fusion de plusieurs diocèses et paroisses au pays crée des tensions dans plusieurs communautés. Des curés doivent déménager, ou encore superviser plusieurs paroisses à la fois.

Les gens sont toujours un peu désemparés, c'est compréhensible, dit-il. Il faut d'abord écouter les gens pour savoir quelles sont les questions qu'ils se posent.

Les diocèses de Hearst et de Moosonee ont notamment été regroupés en 2018. Et l'an passé, le curé Sébastien Groleau, de la paroisse de Chapleau, Foleyet, Gogama et Sultan, a notamment dû plier bagage afin de se diriger vers Kapuskasing, ce qui a indisposé certains fidèles.

Celui-ci se réjouit d'avoir pu passer 10 ans dans la communauté, alors que son mandat était de 6 ans. Malgré tout, le curé a trouvé le départ difficile.

Ça a été un petit peu brusque, explique le révérend Groleau. Je n'avais pas le cancer, ce n'est pas une mort soudaine, mais ça s'est fait vite un petit peu.

Mgr Bourgon explique aujourd'hui qu'il avait besoin de ses talents de curé à Kapuskasing notamment en raison d'une enquête pour fraude qui planait sur la paroisse St. Patrick.

Guérison

Mgr Bourgon espère que la rencontre permettra au diocèse d'entamer un processus de guérison.

Depuis qu'il y a eu des abus sexuels, beaucoup se sont détournés de l'Église, et l'Église a perdu beaucoup de crédibilité. On ne peut pas fermer nos yeux et nos oreilles, il faut agir aujourd'hui

Mgr Robert Bourgon, évêque du diocèse de Hearst-Moosonee

Mgr Poitras demande aux personnes désirant le rencontrer de le joindre par courriel (Nouvelle fenêtre) avant sa venue afin de fixer un rendez-vous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !