•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle-Écosse : le fugitif Christopher McKay a été arrêté

Une voiture de police de Amherst.

La police régionale d'Amherst a reconnu le fugitif qui était alors passager dans un véhicule.

Photo : FACEBOOK / @ Amherst Police Department - Amherst NS

Radio-Canada

La police régionale d'Amherst a arrêté un homme recherché en vertu d’un mandat d’arrêt pancanadien, très tôt dimanche. Christopher McKay est accusé de port d’armes et de délits en vertu de la loi sur les drogues et les substances contrôlées.

L’homme était recherché par les autorités policières depuis vendredi. Il a fait l’objet de plusieurs alertes au public envoyées par le service de police régional de New Glasgow.

Christopher McKay, 33 ans, a été arrêté vers 2 h 06 du matin à la suite d’un contrôle routier sur la rue Willow à Amherst, en Nouvelle-Écosse.

Les policiers ont reconnu le fugitif, qui était alors passager dans le véhicule.

Lors de l’arrestation, une arme à feu chargée et de la drogue ont également été découvertes dans le véhicule.

McKay a été transféré au Service correctionnel du Canada et devra comparaître au tribunal à une date ultérieure pour répondre aux nouvelles accusations.

Chasse à l’homme

Les services policiers de New Glasgow, Truro et Stellation étaient à la recherche dans la nuit de vendredi à samedi de deux fugitifs, soit Christopher McKay et Ronald Jamieson.

Christopher McKay est recherché par les autorités policières. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Christopher McKay est recherché par les autorités policières.

Photo : Police régionale de New Glasgow

Vendredi soir, la police régionale de New Glasgow s'est rendue dans une propriété de la rue Main à Trenton, mais Christopher McKay avait réussi à prendre la fuite.

Tôt samedi matin, la police a arrêté Ronald Jamieson sur la rue Main, à Trenton, mais Christopher McKay demeurait introuvable.

Samedi, la police régionale de New Glasgow a levé l’alerte lancée la veille, car elle estimait qu’il n’y avait plus de menace immédiate pour la communauté.

L’alerte indiquait initialement aux habitants de bien verrouiller leurs portes pendant la chasse à l’homme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Crimes et délits