•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La capsule de SpaceX est revenue sur Terre

SpaceX est la première entreprise privée à transporter deux astronautes de la NASA à la Station spatiale internationale (SSI).

Le reportage de Marie-Josée Paquette Comeau.

Photo : via reuters / NASA

Radio-Canada

La capsule Crew Dragon, lancée dans l’espace le 30 mai par l’entreprise privée SpaceX, est revenue sur Terre avec ses deux astronautes. Elle a amerri dans le golfe du Mexique, au large de la ville de Pensacola sur la côte de la Floride, à 14 h 48 (HAE).

La capsule spatiale est passée d'une vitesse orbitale de 28 000 km/h à 560 km/h lors de la rentrée atmosphérique. Elle se déplaçait à une vitesse de 24 km/h lorsqu'elle a touché l'eau. La force gravitationnelle ressentie par l'équipage était de quatre à cinq fois supérieure à celle de la gravité terrestre.

À peine 30 minutes après l'amerrissage, la capsule était chargée sur le bateau de récupération, sous l’œil de nombreux curieux qui avaient eux aussi rejoint le lieu de l'amerrissage à bord de leurs propres embarcations.

Au nom des équipes de SpaceX et de la NASA, bienvenue à la maison et merci d'avoir piloté SpaceX, a lancé aux deux astronautes le chef de mission de SpaceX.

C’est vraiment un honneur et un privilège, a répondu l'astronaute Doug Hurley. Au nom du Dragon Endeavour, félicitations à la NASA et à SpaceX, a-t-il ensuite ajouté par radio : Tout va bien.

Doug Hurley et Bob Behnken, les deux premiers astronautes à avoir atteint la SSI à bord d'un appareil privé américain en presque 10 ans, sont sortis de la capsule 80 minutes après leur retour sur Terre. L’équipe de récupération les a extirpés de la capsule après avoir suivi les procédures de sécurité et réalisé différents tests de qualité de l'air. Bob Behnken a été le premier à sortir.

Après les examens médicaux, les astronautes devraient rentrer chez eux à Houston pour revoir leurs femmes et leurs fils.

Les deux seuls petits accrocs à l'amerrissage auront été la présence un peu trop proche des bateaux de curieux et les vapeurs de combustion dans le sas de sortie qui ont mis un peu plus de temps que prévu à s’échapper, ce qui a retardé la sortie des astronautes.

Une opération délicate

L’astronaute de l'Agence spatiale canadienne David Saint-Jacques a suivi avec attention le chemin de la capsule Crew Dragon. Celui qui a passé six mois à bord de la Station spatiale internationale en 2019 avait souligné en entrevue à RDI matin week-end que le retour du prototype sur Terre se déroulerait sous haute surveillance.

Comme on dit dans le métier, le premier critère de réussite d’un vol d’essai, c’est le retour sur Terre. Et cette capsule n'est pas aussi robuste mécaniquement que la version finale qui sera faite pour les missions futures. Ils seront donc particulièrement prudents [et voudront éviter que la capsule] ne soit pas endommagée au retour.

David Saint-Jacques, astronaute

L'opération était en effet délicate, même si l'an dernier la capsule Dragon a accompli cette mission à vide et sans incident.

La rentrée atmosphérique a notamment testé la résistance du bouclier thermique. Puis les grands parachutes ont ralenti la descente de la capsule jusqu'au golfe.

L’astronaute québécois décrit la capsule Crew Dragon, qu'il a eu l'occasion de visiter, comme étant moderne et spacieuse, à l’instar d'une cabine classe affaire sur vol aérien, avec des écrans tactiles, un éclairage tamisé, [...] des scaphandres confortables et de la place, où les systèmes automatisés sont maîtres.

La capsule Crew Dragon à quelques mètres de l'eau, avec ses quatre parachutes déployés.

La capsule Crew Dragon a amerri dans le golfe du Mexique le 2 août après plus de deux mois dans l'espace.

Photo : via reuters / NASA

Plusieurs lieux d'amerrissage potentiels ont été scrupuleusement analysés et sélectionnés par les équipes de la NASA afin que ce retour se fasse dans les meilleures conditions, explique l'astrophysicien. Les astronautes, qui ont quitté la station samedi soir vers 19 h 34, étaient d’ailleurs prêts à passer quelques jours de plus en orbite si les conditions météorologiques sur Terre s'étaient montrées défavorables.

Le départ de la mission avait déjà été reporté à cause d'une météo changeante.

De nouvelles missions prévues

La capsule sera désormais envoyée au Cap, en Afrique du Sud, où elle sera analysée et remise en état afin d’être réutilisée. Cette opération devrait prendre environ quatre mois. Les capsules Dragon sont censées être réutilisables cinq à dix fois.

Les prochaines missions sont prévues en septembre 2020 et au printemps 2021 avec, cette fois-ci, quatre astronautes ce qui permettra d'augmenter le rythme de la recherche à la Station spatiale internationale (SSI) a expliqué en conférence de presse Joel Montlbano, directeur des vols à la SSI.

Nous entrons dans une nouvelle ère des vols habités, où la NASA n'est plus acheteuse, propriétaire et opératrice des équipements, mais une cliente parmi de nombreux clients dans un secteur spatial commercial très actif.

Jim Bridenstine, administrateur de la NASA

SpaceX : le retour sur Terre

Photo : Avanti Groupe / Véronique Boncompagni

L'astronaute français Thomas Pesquet a également fait savoir cette semaine qu'il voyagerait à son tour à bord de la capsule Crew Dragon de SpaceX pour sa seconde mission sur la SSI au printemps 2021.

Une page d'histoire

Ce retour sur Terre était très attendu parce qu'il fait suite au premier vol habité lancé des États-Unis depuis 2011, quand le programme des navettes spatiales est arrivé à son terme. Les Américains voyageaient depuis à bord de fusées russes.

La NASA a chargé SpaceX, qui acheminait depuis 2012 des cargaisons vers la SSI, de développer un nouveau taxi spatial. Pour 3 milliards de dollars, accordés depuis 2011 dans le cadre d'un contrat à prix fixe, SpaceX a promis à la NASA six allers-retours vers la Station spatiale internationale avec quatre astronautes à bord.

Marie-Michèle Limoges, directrice du contenu scientifique au Cosmodôme, souligne que le retour de la capsule sur Terre représente un double succès.

La réussite de ce voyage ouvre ainsi la porte à des vols commerciaux dans l’espace et permet à la NASA d'accélérer les voyages vers la SSI, tout en étant moins dépendante de la Russie, a-t-elle résumé.

C’est le début d’un train nouveau, ajoute David Saint-Jacques. Ça a ouvert la porte à beaucoup de créativité et à une pensée latérale. Ça a amené un vent de renouveau dans la conception des vols spatiaux. Ils n'ont pas eu peur d'opter pour des solutions modernes et des matériaux recyclables.

Plus on a d’options pour se rendre à bord, plus il y a des chances que les vols aient lieu. Ce sont des bonnes nouvelles pour tout le monde.

David Saint-Jacques, astronaute

Il est temps de passer à autre chose, a-t-il estimé, ajoutant que la conquête spatiale est passée à un autre stade.

Sur Twitter le vice-président américain Mike Pence a remercié les deux astronautes et les représentants de la NASA et de SpaceX. Ce fut un honneur d’être témoin de cette page d’histoire où des astronautes américains ont été lancés dans l’espace par une fusée américaine à partir du sol américain, a-t-il écrit.

Donald Trump avait assisté en personne au décollage le 30 mai depuis la Floride, et il a lui aussi salué le retour des deux hommes dimanche sur Twitter.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Espace

International