•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Île-du-Prince-Édouard bonne élève quant au port du masque

De plus en plus de gens à l'Île-du-Prince-Édouard portent le masque non médical en public. Voici le reportage de Julien Lecacheur.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Radio-Canada

Le port du masque non médical n'est pas obligatoire à l'Île-du-Prince-Édouard, mais il fortement recommandé et de plus en plus de gens prennent cette habitude par précaution.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Colette Aucoin, confectionneuse de masques, est débordée. Les ventes s’enchaînent par dizaines.

Chaque samedi, des fois, il ne me reste plus de masques. Je suis obligée d'en faire toute la semaine, dit-elle.Depuis la fin de mars, Colette Aucoin, fait la conception, la confection et la vente de ses masques en tout genre sur Internet ainsi qu'au marché. Et les affaires marchent.

Si vous me demandez combien j'en ai vendu, je ne suis pas sûre. Je ne tiens pas le compte, mais à peu près 3000, estime Mme Aucoin.

À l'Île-du-Prince-Édouard, le port du masque dans les lieux publics intérieurs n'est pas obligatoire, contrairement au Québec ou à la Nouvelle-Écosse. Malgré tout, il est fortement recommandé par les autorités sanitaires de la province. Et cela se voit. Les masques se multiplient dans les épiceries ainsi que dans les centres commerciaux.

[La] Dre Morrison dit que c'est important et c'est un choix que je fais aussi pour ma famille, affirme une résidente de Summerside, Natalie Haschie.

Deux dames achètent des masques au kiosque de Mme Aucoin dans un marché public.

Colette Aucoin, confectionneuse de masques, estime qu'elle en a vendu environ 3000 jusqu'à présent.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

La famille Durocher porte le masque partout, aussi bien les petits que les grands. Elle ne plaisante pas avec la santé.

Si on va chez les gens, on ne veut pas être responsable de transporter un microbe, la COVID-19 ou en fait n'importe quel virus, la grippe, la gastro. Donc, le masque pour moi il est important maintenant, explique Véronique Fournier, qui a confectionné elle-même des masques pour toute la famille.

Et cela plaît beaucoup aux enfants. J'aime parce que l'on peut choisir le tissu et ce que l'on veut dessus, souligne Charlotte Durocher.

Elle est très créative. On n’aura pas besoin de dépenser beaucoup d'argent. C'est un peu comme des masques gratuits. C'est nous qui les faisons, ajoute Arthur Durocher.

La famille demande malgré tout à la province de rendre obligatoire le port du masque. C’est une possibilité pour la médecin hygiéniste en chef, la Dre Heather Morrison.

C'est quelque chose que l'on discute presque chaque jour avec notre équipe, et on regarde ce qui arrive partout au Canada, mais à ce moment on ne va pas changer, indique la Dre Morrison.

Les autorités rendront le port du masque obligatoire uniquement si le nombre de personnes atteintes de la COVID 19 repart fortement à la hausse. D'ici là, la recommandation est néanmoins de mise.

Avec les renseignements de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Santé publique