•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants dénoncent l'épandage de glyphosate en forêt au Nouveau-Brunswick

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Quelques personnes portant des drapeaux se trouvent le long d'une route.

Les organisateurs de la manifestation estiment qu'une cinquantaine de personnes y ont participé. Voici le reportage de Rose St-Pierre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une manifestation contre l'épandage de glyphosate dans la forêt s’est déroulée samedi au Nouveau-Brunswick dans la région du mont Carleton.

Chaque été, des hélicoptères survolent la propriété de Guildo Martel, propriétaire de l’entreprise touristique Aventure Mont Carleton.

L'hélicoptère arrose le bloc, fait demi-tour au-dessus de la rivière puis recommence, indique Guildo Martel. Puis, ils vont arroser chaque bord de la rivière pendant ma saison touristique.

Le Néo-Brunswickois organise des descentes en tube pneumatique et en kayak sur la rivière Petit Tobique. Mais il doit fermer ses installations au passage des hélicoptères qui pulvérisent un produit à base de glyphosate, utilisé largement sur les plantations de pin et d’épinette. Ces dernières constituent une précieuse ressource pour l’industrie forestière.

Il y a du monde sur la rivière pendant l'épandage. C’est une zone touristique. Le gouvernement veut changer ça en zone toxique, estime Guildo Martel.

Samedi, le groupe militant ÉcoVie a appuyé l'entrepreneur.

Depuis 2015, on arrose de façon exponentielle les coupes à blanc qui ont lieu dans cette région, affirme la porte-parole d’ÉcoVie, Francine Levesque, qui a organisé une manifestation près de la rivière.

C'est un manque de considération pour les autres utilisateurs parce que c'est vrai que l'entreprise et l'industrie forestière a sa place, mais dans la situation de M. Martel, on ne prend en aucune considération, lance Francine Levesque.

Le groupe ÉcoVie demande l'arrêt de l'épandage du glyphosate depuis 2015. Il défend l’intégrité de la forêt acadienne.

C'est le bien commun qui devrait être géré pour le bien de tous, mais c'est géré seulement pour l'industrie forestière, les multinationales. On va devenir une province de plantation d’épinettes. On ne parle plus de forêt. La forêt acadienne est en train de disparaître au Nouveau-Brunswick., déplore Mme Levesque.

Le ministère des Ressources naturelles et du Développement de l’énergie rappelle que l'utilisation de ce genre de produit est réglementée et que l'épandage au-dessus des cours d'eau ou des parcs provinciaux est interdit.

Avec les renseignements de Rose St-Pierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !