•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump annonce qu'il va interdire TikTok aux États-Unis

L'interface de l'application TikTok sur un téléphone intelligent.

L'application de partage de vidéos chinoise rencontre un succès planétaire chez les jeunes, notamment aux États-Unis.

Photo : Reuters / Danish Siddiqui

Radio-Canada

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi soir qu'il avait prévu de signer dès samedi un décret interdisant TikTok aux États-Unis, accentuant la pression sur la firme chinoise propriétaire de l'application vidéo pour qu'elle la vende.

En ce qui concerne TikTok, nous l'interdisons aux États-Unis, a déclaré vendredi soir Donald Trump à des journalistes à bord de l'avion présidentiel Air Force One.

Cette mesure marquerait un pic des préoccupations de Washington en matière de sécurité nationale, alors que des représentants s'inquiètent de la gestion par TikTok des données privées des utilisateurs.

L'annonce de Donald Trump fait suite à d'intenses négociations dans la journée entre la Maison-Blanche, ByteDance et de possibles repreneurs pour TikTok, dont Microsoft.

Selon le Wall Street Journal et l'agence Bloomberg, le locataire de la Maison-Blanche s'apprêtait à signer un ordre officiel pour obliger la maison mère chinoise ByteDance à se séparer de cette application très populaire, au nom de la protection de la sécurité nationale.

L'annonce d'une telle interdiction de TikTok, qui compte près d'un milliard d'utilisateurs dans le monde, est donc un retournement de situation. Les États-Unis sont en effet l'un des principaux marchés de TikTok.

Il s'agirait également d'un revers majeur pour ByteDance, l'entreprise basée à Pékin qui détient TikTok et qui est devenue l'un des rares conglomérats chinois à la dimension mondiale grâce au succès commercial de l'application.

Sans donner plus de détails sur l’avancement des discussions, le président Trump a déclaré vendredi après-midi qu'il envisageait d'interdire TikTok, mais a toutefois précisé que son administration examinait en fait de nombreuses solutions de rechange concernant l'avenir du réseau social.

Ces discussions n'auraient toutefois pas permis de parvenir à un accord pour que la compagnie chinoise cède ses activités aux États-Unis. Les attentes de ByteDance, qui valorise TikTok à plus de 50 milliards de dollars et qui insiste pour rester au capital de l'application, auraient compliqué les pourparlers, selon une source proche du dossier.

Les pourparlers devraient néanmoins se poursuivre dans les prochains jours.

Par ailleurs, plusieurs inconnues subsistent au sujet des moyens légaux sur lesquels le président américain compte s'appuyer pour interdire l'application, et comment une telle interdiction serait mise en application.

ByteDance, Microsoft, et le département américain du Trésor qui préside le panel gouvernemental ayant examiné les statuts de TikTok, ont décliné des demandes de commentaire.

Microsoft parmi les prétendants

Le New York Times et la chaîne de télévision Fox News ont notamment avancé que le géant informatique Microsoft envisageait de racheter TikTok, qui pourrait alors valoir des dizaines de milliards de dollars.

Microsoft génère la plus grande partie de ses 143 milliards de dollars de revenus annuels par les recettes provenant de l'octroi de licences pour des logiciels tels que Windows et Office, ainsi que de ses outils de stockage et de la publicité.

Dans l'un des autres scénarios sur l'avenir de TikTok, des investisseurs non chinois comme Sequoia Capital, SoftBank et General Atlantic pourraient acquérir une participation majoritaire dans l'application de ByteDance.

L'évaluation de ByteDance s'est récemment élevée à environ 100 milliards de dollars, selon le cabinet de recherche PitchBook.

Sur la sellette

Ces développements reflètent la pression croissante exercée sur ce type d’application étrangère qui possède un accès aux données de localisation et à d'autres données personnelles sensibles.

Ainsi, depuis plusieurs mois, TikTok fait l'objet d'une enquête du Comité sur les investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS), l'agence chargée de s'assurer que ces investissements ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale.

Le puissant groupe d'experts du gouvernement a notamment examiné l'achat par ByteDance en 2017 de Musical.ly, une application qui a fini par devenir TikTok, tandis que les forces armées américaines ont interdit l'utilisation du réseau social à leurs employés.

L'administration Trump se demande notamment si l'application est susceptible d'être influencée par le gouvernement chinois, particulièrement en ce qui concerne les demandes potentielles de censure du matériel partagé sur la plateforme ou de partage des données des utilisateurs américains avec les responsables chinois.

Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor américain, a d'ailleurs confirmé mercredi qu'il ferait une recommandation à la Maison-Blanche cette semaine.

Ces inquiétudes en matière de sécurité nationale sont parallèles à une répression plus large de la sécurité américaine contre les entreprises chinoises, comme les fournisseurs de télécommunications Huawei et ZTE.

En outre, Washington a ordonné que les États-Unis cessent de financer l'équipement de ces fournisseurs dans les réseaux américains.

Il est d'ailleurs déjà arrivé que l'administration Trump intervienne pour bloquer ou dissoudre des accords pour des raisons de sécurité nationale, notamment en empêchant la société singapourienne Broadcom de participer à l'appel d'offres de 117 milliards de dollars pour le fabricant américain de puces Qualcomm en 2018, dans le but de maintenir le leadership des États-Unis.

TikTok nie toute accusation d'ingérence

Bien que nous ne commentions pas les rumeurs ou les spéculations, nous avons confiance dans le succès à long terme de TikTok, a affirmé l'entreprise dans une déclaration publiée vendredi après-midi.

TikTok a souvent dû se défendre de ses liens avec la Chine, où ByteDance possède une application similaire sous un autre nom. L'application a toujours nié partager des données avec les autorités chinoises.

TikTok affirme ne pas censurer les vidéos portant sur des sujets sensibles pour la Chine, ajoutant qu'elle ne donnerait pas accès aux données des utilisateurs américains au gouvernement chinois, même si on le lui demandait.

L'entreprise a d'ailleurs engagé un PDG américain, ancien cadre supérieur de Disney, pour tenter de se distancier de sa propriété chinoise.

ByteDance a lancé TikTok en 2017, puis a acheté Musical.ly, un service vidéo populaire auprès des adolescents aux États-Unis et en Europe, et a combiné les deux. Un service jumeau, Douyin, est disponible pour les utilisateurs chinois.

Les vidéos amusantes et loufoques de TikTok et sa facilité d'utilisation l'ont rendu immensément populaire, et les géants technologiques américains comme Facebook et Snapchat le considèrent comme une menace concurrentielle.

Le réseau social compte aux États-Unis près de 80 millions d'utilisateurs actifs chaque mois.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, New York Times, et Wall Street Journal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !