•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La forte présence de touristes locaux ne sauvera pas la saison dans les Rocheuses

La rue centrale à Banff, avec des panneaux indiquant les mesures de distanciation à respecter.

À Banff, les mesures sanitaires n'empêchent pas les visiteurs de profiter de la ville pendant la saison estivale.

Photo : Stéphanie Rousseau

Le début de la saison touristique albertaine n’a pas été aussi catastrophique que ce à quoi le secteur pouvait s'attendre, même si le manque de touristes étrangers se fait sentir.

À Jasper, les touristes sont timidement de retour dans la ville, mais ce retour s'est fait de façon progressive. Tôt dans la saison, au moment ou l’on aurait dû voir davantage de touristes arriver, ça ne s’est pas passé comme cela, à cause de la fermeture globale des commerces, explique le maire, Richard Ireland.

Depuis le mois de juin, la situation a pourtant évolué. Les gens ont commencé à se sentir plus en confiance à l’idée de se remettre à voyager et on s’est habitués à les accueillir, malgré le virus, constate M. Ireland.

Cependant, ce début de saison n’a rien à voir avec les précédents, et le maire s'inquiète des graves conséquences économiques que cela pourrait avoir sur sa ville.

Une baisse de fréquentation de 30 %

En juin, les parcs nationaux Banff, Jasper et Waterton ont accueilli un peu plus de 500 000 visiteurs, selon Travel Alberta. C’est 30 % de moins que pour le mois de juin 2019. Selon la présidente de la stratégie de l'organisme, Karen Soyka, cela montre qu’il y a tout de même un fort intérêt pour ces parcs.

Cette dernière aimerait tout de même voir les visiteurs rester plus longtemps. Les personnes venant de l'Alberta ne viennent en général que pour un jour. Nous essayons de les encourager à rester une nuit ou deux pour aider les commerçants locaux, ajoute-t-elle.

La terrasse extérieure d'un café à Canmore, avec des vélos garés au premier plan.

Les visiteurs sont présents à Canmore, mais une grande majorité sont des Albertains qui ont tendance à dépenser beaucoup moins d'argent que les visiteurs étrangers.

Photo : Charlotte Dumoulin

Le manque de visiteurs étrangers inquiète pourtant dans le parc provincial de Kananaskis, dans le sud-ouest de la province. Les voyageurs étrangers dépensent en moyenne dix fois plus que les Albertains, se désole Rachel Ludwig, la présidente-directrice générale de Tourisme Canmore Kananaskis. Elle se dit néanmoins heureuse de l’afflux de personnes venues d'Albertai.

Si les voyageurs ne viennent pas de l’étranger, davantage de personnes originaires d’autres provinces commencent à se rendre dans les Rocheuses. Venant de Colombie-Britannique, du Manitoba et de la Saskatchewan, elles affluent doucement, selon Mme Soyka, qui pense que sa facilité d’accès par la route joue en faveur de l’Alberta.

Malgré ces points positifs, le secteur devrait sentir des pertes sans précédent. Nos données préliminaires suggèrent que l’industrie touristique albertaine subira des pertes d'environ 4,5 milliards de dollars, dit Karen Soyka. Habituellement, l’industrie compte 8,9 milliards de recettes et emploie 73 000 personnes.

Avec des informations de Charlotte Dumoulin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Tourisme