•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise économique au Nouveau-Brunswick : inégale selon le secteur

Une employée de restaurant portant un masque.

Photo : Getty Images / Leo Patrizi

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick connaît la plus forte reprise de l'emploi du pays depuis le début de la pandémie, selon les dernières données de Statistique Canada. La province enregistre aussi le taux de chômage le plus bas (9,9 %), alors qu'habituellement, son marché de l'emploi est plutôt à la traîne.

Après avoir dû se serrer la ceinture et avoir renvoyé la moitié de ses employés au plus fort de la pandémie, Michel Savoie est un des restaurateurs de Moncton dont le commerce fonctionne à nouveau à plein rendement.

Michel Savoie en entrevue.

Michel Savoie est conscient d'être l'un des privilégiés et il s’inquiète de l’incertitude que crée une éventuelle deuxième vague.

Photo : Radio-Canada

Avant la COVID, on était à peu près huit employés. Le 15 mars, j'ai fait ça tout seul, les plats pour emporter, et à partir du 1er juin, on a embauché deux personnes, raconte M. Savoie. Ce qu’il l’a aidé à sortir de la crise, c’est sa fidèle clientèle, témoigne-t-il.

Surtout, ce qui nous aide est qu'on a un club de fidèles qui nous soutient.

Michel Savoie, chef-propriétaire Les Brumes du Coude

Michel Savoie est conscient de faire partie des privilégiés. Il s’inquiète de l’incertitude que crée une éventuelle deuxième vague et de l’arrêt de l’aide gouvernementale.

Il n'est pas le seul a avoir rappelé ses troupes. Plus de 22 000 personnes ont recommencé à travailler au Nouveau-Brunswick pendant les mois de mai et de juin, selon ce que rapporte Statistique Canada. Il s’agit de la croissance la plus importante au pays par rapport à la population active.

L’économiste Pierre-Marcel Desjardins, directeur de l'École des hautes études publiques à l'Université de Moncton, souhaite remettre ces données prometteuses, à première vue, en contexte. Le Nouveau-Brunswick est quand même une des premières provinces à rouvrir son économie après la fermeture et le resserrement des règles, explique l’expert.

Des entreprises forestières fonctionnent aussi à plein régime. Pratiquement épargnées par la crise sanitaire, certaines tel le Groupe Savoie, qui se spécialise dans les armoires de cuisine, n'ont pas eu besoin des programmes d'aide gouvernementale.

Le Nouveau-Brunswick est également la province qui a enregistré le déficit le plus bas au pays depuis le début de la pandémie.

Des secteurs oubliés

Si ces premières données sont encourageantes, elles n’effacent cependant pas les difficultés traversées par des secteurs économiques qui se sentent oubliés par le gouvernement provincial.

Un homme barbu qui parle sérieusement.

Pierre-Marcel Desjardins, économiste (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

M. Desjardins explique que la stratégie économique actuelle de la province ne fait pas que des heureux. On a un gouvernement qui a une approche très comptable des finances publiques. Alors qu'on a des secteurs qui ont véritablement besoin d'un coup de pouce, le gouvernement ne semble pas vouloir collaborer, ne semble pas vouloir aider, déclare-t-il.

Parmi ces secteurs qui se sentent négligés par l’État, il y a celui des arts et spectacles.

On n’est même pas sur le radar du gouvernement, c'est encore pire qu'abandonné, lâche Philippe Beaulieu, président de l'Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick (AAAPNB).

Un homme qui parle devant un mur de briques.

Philippe Beaulieu, président de l'Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Outre une aide unique de 2000 dollars pour les artistes dont l’exposition a été annulée en raison de la pandémie et un partenariat similaire avec Musique NB destiné aux artisans musicaux, aucune enveloppe provinciale n'a été octroyée aux arts et à la culture depuis le début de la pandémie, selon l'AAAPNB. En comparaison, le Québec a investi 400 millions de dollars au début du mois de juin dans la relance de l'industrie culturelle.

M. Beaulieu insiste : On le dit au gouvernement : ça prend un budget de crise, ça prend une cellule de crise pour réfléchir à la reprise, mais aussi à la relance.

L'industrie touristique est elle aussi durement frappée par la pandémie. Même au cœur de l'été, les hôtels restent pratiquement vides, soit à un taux d’occupation de 20 %, selon Gérald Normandeau, directeur général du Crown Plaza de Moncton et président de l'Association des hôteliers du Grand Moncton.

La fermeture des frontières serait la principale responsable de cette situation étant donné qu’en temps normal, la majorité des touristes viennent du Québec et de l'Ontario.

Louis-Philippe Gauthier de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.

Louis-Philippe Gauthier, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (archives).

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

La Fédération de l'entreprise indépendante prévoit d’ailleurs que, si rien ne change, plus de 3200 commerces pourraient avoir à fermer leurs portes d'ici 12 à 24 mois au Nouveau-Brunswick.

Pour Louis-Philippe Gauthier, directeur des affaires provinciales au Nouveau-Brunswick de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, il s’agit d’un pronostic sur lequel les hôteliers n’ont actuellement pas le contrôle.

C'est pas les entreprises qui ont décidé de ne pas opérer, c'est le gouvernement qui a décidé de garder les frontières fermées et qui limitent la capacité de ces entreprises. Donc le gouvernement a une responsabilité envers les entreprises pour les soutenir, affirme-t-il.

La prochaine enquête sur la population active sera publiée dans quelques semaines. Ce sera l'occasion de voir si la bonne performance de la province est une tendance qui se maintient.

D'après le reportage de Nicolas Steinbach

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Emploi