•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En pleine pandémie, les musulmans de Winnipeg s’adaptent pour célébrer l’Aïd Al-Adha

Des femmes voilées en train de prier avec l'une d'elles portant un masque.

Une prière commune était organisée à Central Park dans le centre-ville de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Radio-Canada

C'est jour de fête pour les musulmans du Manitoba et du monde. Il souligne l'Aïd-Al-Kébir, appelé également Aïd Al-Adha, qui signifie fête du sacrifice. Cette célébration revêt un caractère particulier cette année en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

Habituellement, le rassemblement pour la prière se déroule au Palais des congrès de Winnipeg. Mais cette année à cause de la COVID-19, il a fallu faire preuve de créativité pour accueillir les fidèles.

C’est à Central Park que se sont réunis une partie d’entre eux pour effectuer la prière. À l’aide de haut-parleurs, des louanges sont chantées en arabe par les fidèles assis chacun sur un tapis et en maintenant leur distance. Certains étaient également munis d’un masque sur leur visage.

Pour AbdulRahmane Ali, un des fidèles présents, il était important de se rassembler dans cette période difficile. À ses côtés, Ahmed Yassine Ali acquiesce et se dit très content de pouvoir célébrer avec ses coreligionnaires.

Le dernier Aïd, nous n’avons pas prié ensemble, car tout le monde avait peur donc aujourd’hui, nous sommes contents de pouvoir nous voir.

Ahmed Yassine Ali
Des hommes musulmans assez dehors à distance.

La prière pour la fête de l'Aïd devait respecter les règles sanitaires de la province, dont la distanciation physique.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Des règles sanitaires strictes

De son côté, le vice-président du conseil d’administration de l’association islamique du Manitoba, Cheikh Moulaye, rappelle l’importance de cette fête pour les musulmans qui commémore l’histoire d’Abraham et de son fils Ismaël dans la tradition musulmane. Cette fête met fin à un des piliers de l’islam qui est le pèlerinage, ajoute-t-il.

Selon lui, 10 000 personnes se rassemblent en général à Winnipeg pour cette fête. Aujourd’hui, on ne peut pas dépasser 600 personnes, regrette-t-il.

Malgré les mesures sanitaires de la province, la grande mosquée de Winnipeg, située rue Waverley, a pu organiser trois rondes de prières en extérieur pour accueillir le maximum de monde tout en respectant la distanciation physique.

Des espaces de 20 mètres carrés pouvant accueillir chacun 100 personnes ont été mis en place, a détaillé Cheikh Moulaye.

On ne peut pas serrer les mains, on ne peut pas se donner des accolades comme on a l’habitude de faire, mais au moins les gens étaient là et pouvaient se souhaiter bonne fête.

Cheikh Moulaye, vice-président du conseil d’administration de l’association islamique du Manitoba

Avec les informations de Ezra Belotte-Cousineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Croyances et religions