•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Flashwood, le film : rencontre avec Jean-Carl Boucher et Pier-Luc Funk

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Quatre jeunes hommes sont à côté d'un camion.

Le reportage de Claudia Genel

Photo : Entract Films

Claudia Genel

Avec Flashwood, l'acteur Jean-Carl Boucher passe derrière la caméra et réalise avec ses amis son premier film. L'un d'eux : Pier-Luc Funk. Entrevue avec deux passionnés qui concrétisent un rêve d'enfance.

Flashwood c'est l'histoire de plusieurs personnages issus de la banlieue. Ils vont tous s'entrecroiser, sur une période de 7 ans, se questionner sur leur avenir et la vie en général. Écrit et réalisé par Jean-Carl Boucher, le film réunit un groupe d'amis dans la vie.


Que pouvez-vous nous dire sur votre vision du film?

Jean-Carl Boucher : Faut regarder le film en se disant que parfois, il n'y a pas de réponse. Faut le regarder à double sens. Ce film-là, c'est plus ce qu'on ressent que ce qu'on explique et ce qu'on raconte dans le fond. Il y a beaucoup de personnages aussi, je voulais que ce soit une expérience chorale.

Pier-Luc Funk : La première fois que j'ai vu Flaswhood, c'était à la première. J'ai adoré ça, c'était vraiment un coup de poing dans la face. Et de me dire : mon Dieu, ça fait 7 ans qu'on a fait ça, qu'on le tourne, qu'on pense à ce film-là.


L'amitié

Les deux hommes sont assis l'un en face de l'autre dans un restaurant.

Pier-Luc Funk et Antoine Desrochers dans une scène de « Flashwood »

Photo : Entract Films

J.C.B. : le fait de travailler avec des amis, ça aide je pense, c'est encore plus plaisant. C'est un film de gang, on est super excités que le film sorte.

P.L.F. : Jean-Carl et moi, on se connaît depuis Un été sans point ni coup sûr, donc on a tourné ensemble à 12 ans, et même déjà à l'époque entre les prises, Jean-Carl sortait sa petite caméra, on faisait des films et c'est lui qui réalisait.


Ce projet, c'est un peu comme un rêve devenu réalité?

Il sourit. Il porte une veste couleur caramel.

Jean-Carl Boucher

Photo :  La production est encore jeune inc. / Fabrice Gaëtan

P.L.F. : ouais, c'était les kids qui rêvaient de faire des films et qui ont finalement fait un film ensemble. C'est l'accomplissement de l'enfance je trouve. Je n'arrête pas de revoir des images de nous avec la petite caméra à Jean-Carl, et là on est en train de faire la promotion de son premier vrai long métrage et on joue dedans. Si tu nous avais dit ça pendant qu'on était des enfants... c'est vraiment un rêve!

Jean-Carl Boucher aujourd'hui, et en 2009, dans le film 1981, de Ricardo Trogi.

Jean-Carl Boucher aujourd'hui, et en 2009, dans le film 1981, de Ricardo Trogi.

Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon/Go Films


C'est comment revoir les scènes tournées il y a 7 ans?

P.L.F. : Je trouve ça cute de voir les kids qu'on était. Physiquement, je suis la même personne, mais un petit peu plus petite. Je ne suis pas celui qui a le plus changé je pense... quand je vois Antoine Desrochers qui est complètement devenu un homme.

J.C.B. : Je trouve ça beau justement d'avoir une petite distance avec la première partie [tournée il y a 7 ans] c'est l'époque la plus lointaine et plus on se rapproche de la fin du film, plus on se rapproche de ce que je pense aujourd'hui. Je trouve ça cute d'avoir cette partie-là qui est plus loin et j'apprécie la regarder. Je trouve qu'elle a sa place dans le film.


Vous travaillez sur un nouveau projet ensemble, que pouvez-vous nous dire?

J.C.B. : C'est des gars qui essaient de se trouver un projet commun qui va être un peu subversif et qui va être très très drôle. J'ai l'impression que ça va être le fun à faire, une grosse comédie d'été. C'était très le fun à écrire et j'espère que ça va se ressentir dans le résultat final.

P.L.F. : On a fini l'écriture d'un long métrage qui devait être une série et qui est devenu un film. On a écrit le mot de trois lettres FIN au scénario. Là, on a organisé une lecture publique pour que le monde comprenne bien le ton du film. Après, ça va être de le montrer à notre productrice, voir combien ça coûte et voir si on peut le faire.

Le film Flashwood prendra l'affiche au Québec le 7 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !