•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le régime d'assurance-emploi prendra la relève de la PCU

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Justin Trudeau parle à la presse derrière un lutrin.

Le reportage de Louis Blouin.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Les millions de Canadiens qui reçoivent la Prestation canadienne d’urgence (PCU) seront bientôt pris en charge par le régime d’assurance-emploi, a annoncé vendredi Justin Trudeau.

Les modalités de ces changements seront annoncées avant la fin du mois d'août, a dit le premier ministre canadien en conférence de presse.

Notre but, c’est de transférer tous ceux qui reçoivent encore la PCU au régime d’assurance-emploi. L’assurance-emploi devrait couvrir tous les Canadiens qui cherchent du travail.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Selon lui, il est approprié de procéder à ce changement au moment où l'économie est relancée et que des emplois sont de nouveau créés.

Pour ceux qui n'ont pas accès au régime d'assurance-emploi, comme les travailleurs contractuels, le gouvernement mettra sur pied une prestation de transition similaire à l'assurance-emploi, a-t-il déclaré.

Cette prestation va notamment prévoir un accès à la formation et permettre aux gens de retourner au travail et de gagner plus d’argent, tout en recevant des prestations, a précisé le premier ministre.

On a l'intention de couvrir tous les Canadiens qui cherchent du travail grâce à un régime d'assurance-emploi amélioré et adapté au 21e siècle.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Dans un point de presse subséquent, la ministre de l’Emploi et du Développement de la main-d’œuvre, Carla Qualtrough, a soutenu que le régime d'assurance-emploi était prêt à gérer 4 millions de dossiers supplémentaires dès le début du mois de septembre. Elle a assuré qu'il n'y aurait aucune interruption des paiements pour les Canadiens touchés.

Justin Trudeau a aussi indiqué que son gouvernement va créer un programme de prestations de maladie et de prestations pour proches aidants.

Il sera destiné à ceux et celles qui ne bénéficient pas d'une telle couverture et qui doivent s'occuper d'enfants ou de parents qui auraient contracté la maladie.

Évidemment, pas question d'augmenter les cotisations à l'assurance-emploi durant cette période difficile, a par ailleurs affirmé le premier ministre, sans se prononcer sur ce qu'il adviendra à plus long terme.

M. Trudeau a aussi fait savoir que son gouvernement prolongeait pour tout le mois d'août son programme d'Aide d'urgence pour le loyer commercial.

Il a également annoncé un investissement de 59 millions de dollars dans la protection des travailleurs agricoles étrangers qui sont employés au pays.

L'argent doit permettre de financer plus d'inspections dans les installations qu'ils occupent, d'améliorer leurs conditions de vie et même d'offrir une aide d'urgence dans certains cas.

À la défense de Bill Morneau

Malgré ces annonces, le premier ministre Trudeau a surtout été interrogé sur le témoignage de 90 minutes qu'il a livré jeudi devant le comité des finances des Communes dans l'affaire UNIS.

Les journalistes ont notamment insisté pour savoir quelles vérifications avaient été effectuées par la fonction publique entre le 8 mai, date à laquelle il dit avoir été informé que seul l'organisme pouvait gérer le programme de Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, et le 22 mai, date à laquelle cette proposition a été avalisée par le Cabinet.

Le premier ministre est toutefois demeuré avare de détails, se contentant de dire que des vérifications supplémentaires avaient été effectuées afin de s'assurer que le recours à UNIS était la seule option possible.

Il a aussi admis ne pas avoir vérifié entre ces deux dates si le commissaire fédéral à l'éthique ne voyait aucun problème avec cette décision.

Maintenant qu'UNIS s'est désisté du mandat qui lui avait été confié, le programme est en grande difficulté, a-t-il reconnu, après avoir regretté une fois de plus de ne pas s'être désisté lors des décisions prises par le Cabinet à ce sujet.

Justin Trudeau a été à peine plus loquace au sujet du ministre des Finances Bill Morneau, qui a admis la semaine dernière qu'UNIS avait payé certaines dépenses de sa famille lors de deux voyages à l'étranger.

Il a convenu que le ministre avait fait une erreur en ne remboursant pas ces frais avant la semaine dernière, et a rappelé que M. Morneau s'en est excusé.

Le premier ministre a toutefois salué l'idée que des gens choisissent de prendre des vacances personnelles pour appuyer des bonnes causes partout dans le monde.

Il a aussi souligné le travail effectué par son argentier depuis le début de l'épidémie de COVID-19.

Il a tout de même pris acte que les gens ont des questions pour M. Morneau.

COVID-19     : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !