•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mesures albertaines contre la COVID-19 sont efficaces, selon une étude sérologique

Des mains gantées manipulent un outil de laboratoire duquel pend une goutte de sang.

La technologie sérologique permet de détecter la présence des anticorps produits par le système immunitaire en réponse à l’infection.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Les premiers résultats de l’étude sérologique démontrent qu’à la mi-mai le programme de dépistage de la province a permis de repérer environ 17 % des cas de COVID-19 dans la population albertaine.

La médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, Deena Hinshaw, est satisfaite des conclusions de la première étude sérologique : Ces résultats indiquent que les premières mesures de l'Alberta pour aplatir la courbe et limiter la propagation du COVID-19 sont une réussite.

La médecin hygiéniste en chef de l'Alberta, Deena Hinshaw, porte une robe noire dont l'imprimé reprend le tableau périodique des éléments.

La médecin hygiéniste en chef de l'Alberta utilise les tests de sérologie pour estimer l'étendue de la pandémie dans la province.

Photo : Radio-Canada

Le fait que le pourcentage est élevé par rapport aux autres provinces, comme la Colombie-Britannique, où les résultats sérologiques indiquent un dépistage de 12,5 % de cas, ajoute à la satisfaction de la Dre Hinshaw.

Le test sérologique est un test sanguin qui permet de vérifier si le patient a développé des anticorps contre la COVID-19. Il est surtout utilisé pour estimer l’ampleur de la propagation d'un virus au sein d'une population et déterminer les mesures sanitaires nécessaires.

Cependant, il ne permet pas de savoir si le patient est immunisé, mais seulement s'il a été infecté. C’est pour cela que ces tests sont faits sur un échantillonnage de population et non individuellement, explique la Dre Hinshaw.

Elle ajoute qu'un échantillon d'environ 9400 personnes a participé au premier volet de cette étude, lancé en juin. Les résultats de cet échantillonnage ont été ensuite comparés à l'échelle nationale.

Par ailleurs, les résultats de l’étude de sérologie concluent qu’à la mi-mai 36 000 personnes avaient été infectées. Cependant, à cette période, 6000 cas seulement ont été détectés grâce aux tests par écouvillon.

Un échantillon est prélevé du nez d'un homme.

Selon Craig Jenne, immunologiste à l'Université de Calgary, si les tests par écouvillon nasal sont faits trop tôt ou trop tard, les résultats ne se seront pas adéquats.

Photo : Reuters / Mussa Issa Qawasma

Selon Craig Jenne, professeur agrégé en immunologie à l'Université de Calgary, cette différence indique qu’il y a plus de personnes asymptomatiques et que les tests nasaux ne sont pas aussi efficaces qu’on le croit.

Si les chiffres sont exacts, cela veut dire que les tests par écouvillon nasal n’ont pu détecter qu’un cas de COVID-19 sur cinq dans la province, ajoute l'immunologiste.

Ces tests de sérologie seront répétés tous les mois, afin de suivre l’évolution de la propagation dans la population au fur et à mesure que les mesures sanitaires seront levées.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Santé publique