•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rue Scotia, la route sinueuse des entrepreneurs du Nord

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une belle maison jaune à pignons.

Une élégante maison de la rue Scotia à Winnipeg, qu'on peut parcourir à pied cet été tout en découvrant des pans de l'histoire de la ville.

Photo : Radio-Canada

Le nord de Winnipeg est souvent associé à la classe ouvrière. Pourtant il y a eu dans ce secteur d’importants entrepreneurs venus vivre dans la sinueuse rue Scotia. Dans le cadre de notre série Un bout d'Histoire au coin de la rue, on découvre la rue qui était aussi surnommée le « Croissant Wellington du Nord ».

Située le long de la rivière Rouge, la rue Scotia doit son nom aux colons écossais de Lord Selkirk qui se sont établis sur les rives de la rivière. Dans un premier temps, elle portait même le nom de rue Scott.

Parmi les grandes figures de ce quartier, on retrouve Jean-Baptiste Lauzon sur la rue Lexton, perpendiculaire à la rue Scotia. Ce Québécois d’origine a notamment été conseillé pour la Ville de Saint-Boniface pendant 13 ans et l’a même représentée à la législature manitobaine.

En dehors de son activité politique, il était surtout connu comme le propriétaire d’un très grand hôtel Roblin au centre-ville.

La rue Scotia se souvient aussi de Louis Slotin, un physicien canadien qui a participé aux recherches sur l'énergie nucléaire aux États-Unis pendant le projet Manhattan. Un monument commémore son sacrifice lors d’une démonstration qui a mal tourné et durant laquelle il a fait usage de son corps pour protéger ses collègues des radiations.

Aujourd’hui la rue Scotia paraît n’être qu’une longue rue résidentielle des plus calme aux abords de la rivière. Elle a pourtant accueilli des personnages hauts en couleur et beaucoup plus fantasques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !